SANTA SANGRE

À partir de 2.99 € | -50% avec le Pass Illimité (sous conditions)
Parce que le film est le fils naturel de Freaks, de Psychose et de Lon Chaney
Fantastique / Horreur - 1993 - Mexique|Italie - 125 MIN - VO - interdit aux moins de 16 ans

Réfugié en haut d’un arbre dans la cellule d’un hôpital psychiatrique mexicain, un jeune homme revit les événements de son enfance en un long flash back. Fils d’un directeur de cirque, lanceur de couteau infidèle et d’une trapéziste confite en religion, Fenix, est lui-même illusionniste. Mais, à douze ans, il assiste impuissant à la mort de ses parents qui s’entretuent...

7.7 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Isabelle Danel
Isabelle Danel
CHRONIQUEUR

Impossile à résumer, Santa Sangre est une histoire d’amour et de meurtre, de cirque et de vengeance, de religion et de sexe. On y croise un lanceur de couteau, une trapéziste, un enfant illusionniste, une femme tatouée, une funambule muette, une sainte aux bras coupés, un éléphant malade, des enfants affamés, des maquereaux sans scrupule et bien d’autres êtres étranges…
Né au Chili en 1929, Alejandro Jodorowsky est un homme orchestre, à la fois mime et danseur, marionnettiste et clown, dessinateur et peintre, musicien et acteur, auteur de bandes dessinées et metteur en scène de théâtre, scénariste, réalisateur et producteur de cinéma... Son univers, surréaliste, gothique, délirant et bigarré, prend sa source dans tous les arts qui l’ont fondé et, pour ce qui est du cinéma, semble également nourri d’influences nombreuses. On reconnaît l’outrance visuelle chère à Dario Argento, le surréalisme de Luis Buñuel, les sarabandes de personnages colorés qui traversent l’œuvre de Federico Fellini, le goût des monstres terriblement humains immortalisés par Tod Browning. Sans oublier l’esprit –voire le mauvais esprit !– de Roland Topor et Fernando Arrabal avec lesquels Jodorowsky fonda, en 1962, le mouvement «Panique».
Produit (et coécrit) par Claudio Argento, le frère de Dario, Santa Sangre est une affaire de famille puisque Fenix est joué –à l’adolescence puis à l’âge adulte– par deux des fils de Jodorovsky, respectivement Adam et Axel, tandis que les deux autres, Brontis et Teo, apparaissent aussi dans des rôles plus épisodiques. Tournée en 1989, en langue anglaise, cette coproduction mexico-italienne, qui reçut en son temps le Prix Très Spécial et la Licorne d’Or au Festival international de Paris du film fantastique et de science-fiction, est un des trois films très célébrés de son auteur, dont les aficionados sont fidèles et nombreux.

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Pas si éloigné

Le contexte

Alejandro Jodorowsky

LA ZONA DE RODRIGUO PLA (2007)

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS