Scoop

Bientôt disponible
Une apprentie journaliste et un prestidigitateur parviennent à confondre un jeune homme de bonne famille, meurtrier en série de jeunes femmes.
Comédie - 2006 - Etats-Unis - 92 MIN - Tous publics

Un journaliste récemment décédé rencontre sur la barque de la mort la secrétaire de Peter Lyman, un aristocrate en vue. Celle-ci lui révèle que le lord n’est autre que le tueur en série que toutes les polices recherchent. Le journaliste parvient à prendre contact avec une étudiante en journalisme, Sondra Pransky, et un vieux magicien qui unissent leurs talents pour s’insinuer dans la vie de Lyman afin de mieux le confondre. Sondra devient même la maîtresse du tueur, qui s’aperçoit bientôt que sa bien-aimée lui veut du mal…

Réalisé par

6.5 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Yves Alion
Yves Alion
CHRONIQUEUR

Epris de culture européenne, admirateur (en vrac) de Bergman, de Dostoievski ou de Tchekhov, Woody Allen n’a, jusqu’à une date récente, que rarement délaissé  les Etats-Unis en général et la ville de New York en particulier. Universel dans on propos, le cinéaste semblait avoir du mal à s’éloigner de Central Park ou de la cinquième avenue. Il avait certes franchi l’Atlantique pour tourner Guerre et amour en Hongrie et plusieurs séquences de Tout le monde dit I love you se déroulent à Venise et à Paris. Mais les règles sont faites pour avoir des exceptions. Or, il faut bien le reconnaître, les exceptions ont tendance à faire des petits depuis le début de la décennie. Ce qui n’a rien d’absurde quand on sait le succès des films de Woody Allen en Europe, et singulièrement en France. C’est ainsi que l’action de Vicky Cristina Barcelona se situe à… Barcelone (il n’y a pas de piège) et que notre homme prévoit de tourner pendant l’été 2010 Midnight in Paris à… Paris (il n’y a pas de piège non plus). Mais de toutes les métropoles européennes, c’est indubitablement Londres qui a eu ses faveurs, puisque trois films successifs y ont trouvé refuge : Scoop, qui nous intéresse ici, Match point, qui l’a immédiatement précédé et Le Rêve de Cassandre, qui le suivra de peu.

Woody Allen n’étant pas particulièrement attiré par les questions sociales, nul ne s’étonnera qu’il se soit cantonné dans les lieux les plus chics de la capitale anglaise, le tournage l’ayant mené au Dorchester Hotel, sur Park lane, et dans quelques rues chics des alentours. Avec une escapade il est vrai dans un restaurant marocain du quartier plus bigarré de Notting Hill Gate. Plus quelques scènes dans Holland Park, sans oublier les studios de Ealing. Et les véritables bureaux de l’un des fleurons de la presse d’outre-Manche, l’Observer.

Plus british, on ne fait pas. Et pourtant, ironie du sort, le film n’a pas eu de sortie en salle au pays de Sa Majesté, un sort qu’avait connu le pourtant très réussi Hollywood ending quelques années plus tôt.

Sur la palette de l’art allenien, Scoop se situe plutôt du côté des films les plus frivoles, loin de ses affres des années 80, quand d’Une autre femme à Ombres et brouillard, en passant par Crimes et délits, Woody Allen laissait paraître son désespoir, noircissant son univers à grands traits. Sans aller aussi loin dans la légèreté (il y a quand même des morts dans Scoop) qu’avec Escroc mais pas trop par exemple, le cinéaste nous livre une rafraîchissante comédie policière où personne ne se prend trop au sérieux. Un peu dans la veine de Meurtre mystérieux à Manhattan. A ceci près que Scarlett Johansson ne ressemble pas à Diane Keaton, et qu’elle n’est pas de la génération du cinéaste, elle. Leur complicité n’est pas amoureuse et les non-dits sont cette fois-ci absents. Tant pis…

Contexte

Woody Allen

MATCH POINT

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité

Même casting