SEPT ANS DE RÉFLEXION

Bientôt disponible
Parce que c'est le 15 septembre 1954 que fut tournée la mémorable scène de la bouche de métro
Comédie - 1956 - Etats-Unis d'Amérique - 100 MIN - Tous publics

Alors que sa femme (depuis 7 ans) et son fils sont en vacances dans le Maine, le publiciste Richard Sherman se retrouve seul pour les vacances d’été dans son appartement newyorkais. Il a promis à son épouse de ne pas fumer, de ne pas boire, de manger sainement et d’être sage ! Mais, très vite, il fait connaissance de sa sculpturale voisine du dessus. La provocante beauté et...

Réalisé par

6.9 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Laurent Bourdon
Laurent Bourdon
CHRONIQUEUR

Si, subjugué par la star, un chroniqueur de la revue Positif écrivit « Sept ans de réflexion est un film sur Marilyn Monroe, non l’adaptation d’une pièce de théâtre », ce onzième film américain de Billy Wilder, est bien l’adaptation d’une pièce de théâtre, signée George Axelrod, futur scénariste de Diamants sur canapé. Elle fut créée à Broadway en 1952 et à Paris l’année suivante, au théâtre Edouard VII, par Jean Richard et sa future épouse Annick Tanguy, sous le titre : Demeure chaste et pure.

Ce film marque la première rencontre de Marilyn (28 ans) avec Wilder (48 ans), qui la dirigera à nouveau, quatre ans plus tard, dans Certains l’aiment chaud. Malgré les sempiternels retards et la mémoire souvent défaillante de son interprète, le cinéaste fut toujours très admiratif : « Elle était née avec du talent », confiera-t-il à Volker Schlöndorff dans un long entretien filmé, réalisé à la fin des années 1970.

Avec Sept ans de réflexion, nous pénétrons dans l’appartement newyorkais de Richard Sherman (Tom Ewell) qui, célibataire pour l’été, s’est bien juré d’être très sage. Ne pas boire, ne pas fumer, ne pas sortir... Oui mais voilà, sa charmante voisine du dessus (Marilyn Monroe) a oublié ses clés...

Le contexte

Autre genre de (trop) bon voisinage qui, lui, tournera au drame.

Billy Wilder

Non seulement James Stewart et Kim Novak sont voisins mais, en plus, c’est une sorcière !

LES HOMMES PRÉFÈRENT LES BLONDES (1953)

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS