SHE HATE ME

À partir de 2.99 €
Parce que Spike Lee y fait appel à Djamel (en concierge !)
Comédie - 2004 - Etats-Unis - 130 MIN - VM - Tous publics
John Henry « Jack » Armstrong est diplômé de Harvard et cadre supérieur dans une entreprise de biotechnologie. Tout semble lui sourire jusqu’au jour où il est renvoyé pour avoir dénoncé son patron à une commission chargée de contrôler les opérations boursières et qu’il devient un paria dans sa profession. Fatima, son ex-compagne devenue lesbienne, lui propose de le rétribuer pour être le père biologique de l’enfant qu’elle souhaite avoir avec Alex, sa petite amie. Jack décide de se lancer dans le « commerce de paternité » qui lui semble un bon moyen de s’enrichir facilement…

Réalisé par

5.7 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Caroline Vié
Caroline Vié
CHRONIQUEUR
Le titre du film, She Hate Me, est à la fois inspiré d’une citation à propos d'Elsa Lanchester dans La Fiancée de Frankenstein, film réalisé par James Whale en 1935 et d’une inscription sur le t-shirt d’un joueur de football dans la série télévisée X.F.L. Spike Lee  s’est appuyé sur des scandales financiers comme les affaires Enron et Halliburton qui ont défrayé la chronique aux Etats-Unis, pour écrire She Hate Me.

Il voulait inscrire cette histoire sur le «commerce de paternité» dans ce contexte qui lui permettait de se moquer de la cupidité des Américains. Le directeur de la photographie Matthew Libatique s’est servi de différents codes couleurs pour caractériser les mondes dans lesquels le héros évolue. Il a utilisé des tons froids pour Wall Street, le monde professionnel et glacial du travail du jeune homme. Les couleurs deviennent de plus en plus chaudes au fur et à mesure qu’il s’ouvre aux autres. Il s’est servi d’une palette nuancée pour filmer l’univers des lesbiennes qui se situe entre sphère personnelle et professionnelle. Spike Lee a tellement apprécié son travail qu’il a de nouveau fait appel à lui pour Inside Manl’homme de l’intérieur et Miracle à Santa Anna.

Parmi les acteurs, on peut reconnaître David Bennent, qui fut le héros du Tambour de Voler Schlöndorff, dans le rôle d’un savant suicidaire et Jamel Debbouze dans son premier film américain, en concierge envahissant.

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Spike Lee

HALF NELSON DE RYAN FLECK

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS