SHOCK CORRIDOR
À partir de 2.99 €
Drame - Etats-Unis - 101 MIN - VF - interdit aux moins de 12 ans

Journaliste voulant remporter le prix Pulitzer, Johnny Barett s’introduit, en tant que malade, dans un asile psychiatrique. Son scoop ? Découvrir l’auteur d’un meurtre non élucidé qui y a eu lieu. Il s’est préparé au rôle qu’il doit tenir avec un psychiatre, spécialiste de la guerre psychologique, et a obtenu l’aide, très réticente, de sa compagne, Cathy, qui s’est fait passer pour sa sœur, victime de ses pulsions incestueuses.

Réalisé par

7.4 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Colette Milon

Colette Milon

CHRONIQUEUR

Que ne ferait un journaliste pour obtenir le Pulitzer ? Celui de Shock corridor simule un grave trouble mental pour s’introduire dans un hôpital psychiatrique. Au bout du corridor, il y a peut-être le scoop. Il y a surtout des révélations bien plus violentes.

Samuel Fuller tourne Shock corridor en 1963. L’histoire qu’il met en scène est une vieille idée. En 1946, il en avait écrit, déjà, une version, intitulée The Lunatic. Au moment où il reprend son scénario, Vol au-dessus d’un nid de coucous, roman de Ken Kesey dont le cadre est aussi l’univers psychiatrique, vient de paraître. La pièce qui en a été adaptée, dans la foulée, est un succès à Broadway. Ce qui, peut-être, l’incite à s’engager dans son projet.

Mais, si cadre psychiatrique il y a, ce n’est pas l’aspect clinique qui intéresse Fuller. Pas davantage, le fonctionnement d’une institution. On verra, certes, des  malades et des méthodes de thérapie. Mais rien de rigoureusement documentaire. De même, le fil qui tient l’histoire, une enquête criminelle, est assez secondaire. Ce qui intéresse Fuller, c’est ce qui ronge, estime-t-il, son pays. Et qu’il désigne comme des pathologies.

C’est la guerre (celle du Vietnam est commencée depuis cinq ans), le racisme (le discours historique de Martin Luther King, I had a dream, sera prononcée cette année-là) et la peur du danger nucléaire (la crise des missiles de Cuba date de 1962). Et il fait incarner ces « névroses » par trois personnages.

Fuller tranche dans le vif. Si bien que son film est, d’emblée, interdit dans le sud des états-Unis. Jean-Luc Godard, quant à lui, qualifiera Shock corridor de « chef-d’œuvre du film barbare ».

FILMOTV vous recommande

Pas si éloigné

Même casting

Contexte

Samuel Fuller

CONSTANCE TOWERS

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité

Disponible sur
Bouygues
Vdf
Free
Numericable
Orange

Paiement sécurisé

SlimpayPaybox

Mode de paiement

CBVisaMastercardEbleue

Partenaires

UE MédiaCNC

Avec le service d'abonnement vidéo à la demande à petit prix FilmoTV, visionner vos films sur tous supports est simple comme bonjour ! FilmoTV, une offre multiécrans : PC classique, application Google Android, iPhone et tablettes PC, TV sur fibre optique, télévisions connectées, tout est possible ! Profitez de vos films d'heroic fantasy en abonnement VOD illimité ou de vos films à suspense en téléchargement légal. Pour cela allez sur nos pages mode d'emploi et comment s'abonner.