Bande Annonce de ShowgirlsDécouvrez la bande Annonce de Showgirls sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/3091/fond/3091_w_500.jpg
Paul Verhoeven
Elizabeth BerkleyGina GershonGlenn PlummerKyle MaclachlanRobert DaviAl RuscioAlan RachinsDewey WeberGina RaveraGreg TravisPatrick BristowWilliam Shockley

Showgirls

128 mn

Note de SensCritique :

5.6 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Paul Verhoeven.

Casting : Elizabeth Berkley, Gina Gershon, Glenn Plummer, Kyle Maclachlan, Robert Davi, Al Ruscio, Alan Rachins, Dewey Weber, Gina Ravera, Greg Travis, Patrick Bristow. William Shockley

Synopsis : Une jeune fille ambitieuse, bien de sa personne, cherche à percer à Las Vegas. Elle ne trouve qu’un emploi de danseuse nue dans un bouge. Mais elle change d’établissement en devenant la maîtresse du directeur d’une boîte plus chic. Elle devient star. Jusqu’au jour où son amant s’aperçoit qu’elle avait caché son identité, ayant un passé pour le moins trouble. Elle décide de quitter la ville…

Scénario : Joe Eszterhas.
Musique : Dave Stewart.
Pays : Etats-Unis | France
Tags : Drame, Las Vegas, Danse, Film des années 1990, Portraits de femmes, SensCritique - Les films à ne pas voir en famille.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Las Vegas ne ressemble à aucune autre ville dans le monde. Sur le papier, elle n’aurait d’ailleurs jamais dû exister. Nichée au milieu du désert, soumise à un climat pour le moins étouffant, la mégalopole du Nevada a paradoxalement su prospérer en tirant partie de son isolement. Parce que tout y est permis. C’est la patrie du stupre et du lucre. C’est un mafieux, par ailleurs grand amateur de cinéma, Bugsy Siegel, qui a transformé cette paisible bourgade en capitale mondiale du jeu.

Aujourd’hui si la ville est un peu moins sulfureuse, si les Américains débarquent en famille pour parcourir le Strip, l’avenue la plus folle de la planète, l’argent continue néanmoins à couler à flot pendant que des immigrés sous-payés distribuent des flyers vantant les mérites des call-girls locales à tous les coins de rue. Le cinéma s’est évidemment régalé à mettre en scène cette ville de tous les débordements et à raconter le destin des paumés qui ont un jour cru pouvoir y faire fortune. De Ocean 11 à Casino, en passant par Bugsy, Las Vegas parano, Leaving Las Vegas, Jackpot et plus récemment le très réjouissant Very bad trip, la liste est longue, très longue même, de ces histoires qui se terminent souvent dans le sang, du moins avec une gueule de bois d’anthologie.

C’est le cas de ce Showgirls qui, comme son titre l’indique, nous invite à suivre les pas d’une jeune femme plutôt bien de sa personne, aux mensurations apparemment proches de la perfection qui débarque là pour y faire son chemin. Mais les frontières sont sans doute un peu poreuses au royaume du vice entre les métiers de danseuse de revue, de strip-teaseuse et de call-girl. Nomi, notre belle arriviste en bave…

Mais sans doute est-ce une façon pour les auteurs du film de poser la question de la morale, sans pour autant être moralistes. L’obsession de la réussite, les limites que l’on se donne pour y arriver sont des questions universelles. Des questions que le cinéma a bien souvent posées. Mais rarement en nous laissant voir d’aussi séduisantes jeunes femmes à la plastique irréprochable avec si peu de vêtements. Il fait si chaud à Las Vegas…

Showgirls est un film éminemment américain, qui donne à voir ce que nous avions envie de voir. Les personnages auxquels il donne vie sont ciselés, on a envie d’ajouter exemplaires. Mais le film vaut aussi par le malaise qui s’en dégage. On se surprend à plus d’une occasion à penser que tout est trop beau pour être vrai et que les auteurs nous titillent ici plus que de raison. Il est vrai que les lignes sont d’ordinaire plus droites au pays des blockbusters. C’est alors que l’on se souvient que l’auteur du scénario n’est autre que Joe Esztheras, un orfèvre en matière de perversion et de faux semblants. Ne lui doit-on pas La Main droite du diable et Music box, deux films américains de Costa-Gavras, qui ont en commun de vouloir débusquer le fascisme ordinaire sous les sourires engageants de nos voisins ? N’est-il pas le signataire de plusieurs polars poisseux, sensuels et pervers : Sliver, Jade et bien sûr Basic instinct ?

Mais c’est bien entendu la présence de Paul Verhoeven derrière la caméra qui donne au film tout son charme. Verhoeven est sans doute un cas d’école, celui d’un réalisateur européen qui a su conquérir Hollywood sans pour autant se renier. Natif de Hollande, notre homme a signé quelques films dérangeants, dérangés, provocateurs et subversifs en son plat pays avant de se mettre en tête d’élargir son audience et d’obtenir les moyens financiers de ses ambitions en traversant l’Atlantique. Mais s’il a rencontré le succès, signé quelques blockbusters, abusant parfois des effets spéciaux, il a toujours veillé à ce que le contenu de ses films conserve une certaine insolence vis-à-vis du système. C’est sensible dans Showgirls, c’est évident dans Robocop, qui dénonce les dérives d’une société policière ou dans Starship troopers, un film de science fiction qui regarde avec horreur le monde anglo-saxon cachant ses turpitudes derrière des sourires niais.

Reconnaissons que Showgirls n’est pas son film le plus probant. Si d’aucuns le comparent à Eve dans sa description minutieuse de l’ambition dévoyée, d’autres parlent de nanar. Le film a d’ailleurs décroché un razzie award, l’oscar du navet. Paul Verhoeven, beau joueur, et fin connaisseur en matière de provocation est allé recevoir cet anti-oscar en main propre. Mais les jurés avaient quand même été un peu sévères. Il est vrai qu’en matière d’effeuillage ils n’avaient pas encore vu le grotesque Strip-tease d’Andrew Bergman, avec Demi Moore, qui n’arrivera sur les écrans qu’un an plus tard…

Très loin du navet !

**L**a flamboyante jeune femme répondant au nom de Nomi Malone débarque sur les routes en destination de Las Vegas dans l'espoir de faire carrière en tant que danseuse. Elle rencontre au cours de son aventure, Molly sa meilleure amie, une costumière et créatrice de costumes; ...

Lire la suite
7
Pauline S.

"´know me, I'm alone"

Avant de vous ouvrir son coeur et sa fleur, "Showgirls" a deux secrets a vous révéler à propos de son personnage principal. Le premier est un subtil jeu de mots. "Nomi Malone" est une danseuse talentueuse au passé trouble. Derrière la consonance latine passe-partout du nom ...

Lire la suite
9
Star-Lord alias Peter Quill

Lapdance with the Stars

Auréolé de 7 Razzie Awards, Showgirls de Paul Verhoeven fait certainement partie des films les plus détestés de l'histoire du 7ème art. C'est très malheureux car il s'agit à mon sens du film ultime de son réalisateur, le film où l'on retrouve tout ce qui fait le cinéma ...

Lire la suite
10
Bondmax
 
le contexte
A voir également
Affiche du film TWIN PEAKS : FIRE WALK WITH ME
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film LES GOONIES

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film BLACK BOOK

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film THE HUMAN CENTIPEDE 2

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
En image
FilmoTV vous recommande
Affiche du film OCEAN S 8

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film UN CONTE PEUT EN CACHER UN AUTRE (PARTIE 1 & 2)

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film JURASSIC WORLD: FALLEN KINGDOM

à partir de

4.99
 
Affiche du film COMMENT TUER SA MÈRE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LE CERCLE LITTÉRAIRE DE GUERNESEY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DEMI SOEURS

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés