SICILIAN GHOST

Bientôt disponible
Ce mélange de romance, d'onirisme et de dénonciation politique est inédit.
Fantastique / Horreur - 2017 - Suisse|France|Italie - 119 MIN - Tous publics
Dans un petit village sicilien, Luna, 13 ans, est amoureuse de Giuseppe, un camarade de classe. Saveria, sa mère d'origine suisse, désapprouve car le père de Giuseppe est un tueur de la mafia. Quand Giuseppe disparaît, Luna le cherche partout. Les semaines passent et elle décide de prendre les choses en mains...
6.3 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Yves Alion
Yves Alion
CHRONIQUEUR

Sicilian Ghost story nous entraîne dans un village de Sicile planté au milieu de nulle part, aux confins d’une forêt mystérieuse dans laquelle va disparaître Giuseppe, un gamin des treize ans, sans que personne ne s’en émeuve plus que cela. A l’exception de Luna, sa camarade de classe, qui est aussi son amoureuse. Dès lors elle fera des pieds et des mains pour retrouver le jeune homme. Une tâche d’autant plus ardue que celui-ci n’a pas réellement été englouti par la forêt, mais bel et bien kidnappé par des mafieux qui ont des raisons d’en vouloir à son père…

On le voit, il n’est pas aisé de ranger le film dans une case. C’est évidemment une histoire d’amour, mais nous sommes loin de la bluette adolescente. C’est aussi un film politique, qui dénonce les exactions de la mafia en un lieu où personne ne cherche à contrecarrer ses sinistres desseins. Et c’est enfin un film qui flirte avec le fantastique jusqu’à se laisser peu à peu glisser dans une sorte de songe panthéiste et cotonneux.

Il y a sans doute un peu de Roméo et Juliette, voire d’Orphée et Eurydice dans ce film aux accents mythologiques flagrants, mais au jeu des références c’est sans doute l’univers cinématographique de Guillermo del Toro qui nous vient le plus spontanément à l’esprit. Les fantasmes enfantins qui permettent de canaliser et parfois même d’exorciser l’angoisse nous renvoient de façon moins baroque, plus feutrée au Labyrinthe de Pan et peut-être à L’Echine du diable, qui avaient en leur temps frotté l’imaginaire enfantin aux atrocités du régime franquiste. Aujourd’hui, Franco est mort, mais la pieuvre règne encore sur de larges territoires…

Le contexte

Vincenzo Amato

C'est le récit d'un amour entravé par la folie du monde et les rivalités des adultes.

Fabio Grassadonia

Il confronte également l'imaginaire enfantin aux duretés d'un monde sans pitié

LE CRIME DU SOMMELIER

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS