Bande Annonce de SOBIBORDécouvrez la bande Annonce de SOBIBOR sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/14475/fond/14475_w_500.jpg
Konstantin Khabensky
Christophe LambertKonstantin KhabenskyMariya KozhevnikovaMichalina OlszanskaMaximilian DirrMindaugas PapinigisPhilippe ReinhardtWolfgang CernyRoman AgeevSaulius BalandisWieslaw Cichy

SOBIBOR

113 mn
voir la bande annonce

Réalisateur : Konstantin Khabensky.

Casting : Christophe Lambert, Konstantin Khabensky, Mariya Kozhevnikova, Michalina Olszanska, Maximilian Dirr, Mindaugas Papinigis, Philippe Reinhardt, Wolfgang Cerny, Roman Ageev, Saulius Balandis. Wieslaw Cichy

Synopsis : En 1943 dans le camp de Sobibor, Alexandr Pecherski, un prisonnier russe juif prépare l'un des projets les plus dangereux : créer une insurrection suivie d'une évasion de masse pour la plupart des détenus d'un des camps de concentration réputés pour son commandement particulièrement cruel par un officier nazi.

Scénario : Anna Chernakova, Ilya Vasiliev, Michael Edelstein.
Pays : Russie
Tags : Drame, Politique / Histoire.

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Parmi les camps d’extermination utilisés par les Allemands pendant la seconde guerre mondiale, on se souvient surtout d’Auschwitz, nom qui symbolise à lui tout seul l’infamie de la solution finale voulue par les nazies. Ce n’est pas le seul camp à avoir été représenté dans divers films et séries consacrées à la tragédie du génocide juif. Depuis les années 2000, celui de Sobibor en a fait fréquemment l’objet.

Pour célébrer le 75e anniversaire de la tentative d’évasion de masse de ce camp, qui reste l’une des rares à avoir réussi, le ministre de la culture russe, Vladimir Medinsky a commandé une superproduction pour revenir sur l’insurrection qui éclata le 14 octobre 1943 sous les commandes d’Alexandr Pecherski, un officier juif soviétique.

Konstantin Khabensky en a tiré un film complexe, tenant à la fois du récit d’aventures et d’un témoignage sur l’horreur de l’holocauste. Sobibor ne faisant pas l’impasse sur une inhumaine cruauté dans des scènes tétanisantes ni sur la tension d’un suspense. Le plus surprenant reste la description de la vie au quotidien dans ce camp, rappelant la volonté d’un tel projet : rappeler aux jeunes générations des pays de l’Est ce qui s’est passé très près de chez eux, il n’y a pas si longtemps.

Sobibor est donc une commande officielle du gouvernement russe. La chose est étonnante : si le cinéma russe ne s’est jamais privé d’explorer la seconde guerre mondiale, et encore moins depuis le début des années 2000 où la production de sagas militaires a explosé, elle reste majoritairement dédiée aux faits de gloire des soldats russes. On n’y compte qu’une toute petite poignée de films faisant référence au génocide des juifs. Un phénomène dépassant le cinéma, quand une étude sur l’éducation pointa du doigt en 2017, qu’une seule dissertation dans tout le pays avait été consacrée à l’Holocauste, ayant pour résultat de signifier une méconnaissance totale du sujet par les élèves à qui elle avait été demandée.

C’est pourtant une vexation qui est à l’origine du film de Konstantin Khabensky : toujours en 2017, un projet international de rénovation du mémorial de Sobibor écarta les demandes de la Russie d’y participer. L’incident remonta jusqu’à la rencontre entre Poutine et Benyamin Netanyahou, où il fut question du rôle joué par l’armée rouge dans l’éradication des troupes nazies. Les deux dirigeants reparlèrent du cas Sobibor lors de leur meeting suivant et convinrent d’assister ensemble à une exposition sur l’insurrection du camp, mais aussi d’assister à une projection du film, entre temps commandé.

Au-delà de ces considérations politico-diplomatiques, Khabensky, jusque-là une star en Russie pour avoir joué dans la saga Night Watch, le triomphal cycle de science-fiction réalisée par Timur Bekmambetov ayant initié le cinéma russe aux blockbusters à l’hollywoodienne, s’est emparé du sujet pour sa première réalisation, visant à n’être rien moins que l’équivalent russe de La liste de Schindler. Il s’en rapproche surtout par son réalisme (le camp du film reconstruit en Lituanie s’est inspiré des fouilles archéologiques qui ont eu lieu à Sobibor, tandis que les séquences se déroulant dans un ghetto juif l’ont été à Fort Kaunas, qui en fut réellement un pendant la guerre) et plus encore par la prestation de Christophe Lambert, inattendu en dirigeant du camp convaincu de sa mission, égalant celle de Ralph Fiennes en Amon Goeth dans le film de Spielberg. Sobibor a convaincu le public russe mais aussi ses commanditaires, qui en ont fait le candidat officiel de la Russie pour l’oscar du film étranger 2019.

 
le contexte
A voir également
Affiche du film GREYSTOKE, LA LÉGENDE DE TARZAN

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film SUBWAY

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film WELCOME TO NEW YORK (VERSION INÉDITE)

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film FANTASSINS, SEULS EN PREMIÈRE LIGNE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film UN PEUPLE ET SON ROI

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film CLIMAX

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film THE LITTLE STRANGER

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film THE WIFE

à partir de

6.99
 
Affiche du film LES FRÈRES SISTERS

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film L AMOUR EST UNE FETE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés