SUPERFLY

Bientôt disponible
Parce que la musique de Curtis Mayfield fit le tour du monde et sacra le film
Policier / Suspense - 1973 - Etats-Unis - 89 MIN - Tous publics
Un dealer veut acheter une grande quantite de cocaïne qu'il compte revendre contre un énorme bénéfice. La mafia n'apprécie pas.
5.8 / 10
5.8 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Patrick Fabre
Patrick Fabre
CHRONIQUEUR

Au début des années 70, l’Amérique est embourbée dans la guerre du Vietnam, Richard Nixon s’apprête à être réélu avant le scandale du Watergate, les Blacks panthers sont accusées de terrorisme, Mohamed Ali est autorisé à remonter sur le ring et Harlem sombre dans la pauvreté. Et au milieu de tout ça, émerge un nouveau courant cinématographique, la blaxploitation, dont Super Fly de Gordon Parks Jr est un des emblèmes.

Super Fly, c’est l’histoire de Youngblood Priest, un dealer noir charismatique de Harlem, qui décide de mettre fin à sa carrière en réalisant un dernier gros coup. Son plan : vendre 30 kilos de cocaïne pure, encaisser un million de dollars et aller vivre au soleil. Malheureusement pour lui, ce plan censé être infaillible est remis en question par la défaillance d'un passeur...

Dans ce film où les bad boys sont rois, c’est Ron O’Neal qui joue le rôle de Youngblood Priest. Un rôle qu’il va reprendre un an après dans une suite intitulé Super Fly TNT et dont il est le réalisateur. Face à lui l’impressionnant Julius Harris, vu dans le King Kong de John Guillermin, Vivre et laisser mourir ou Darkman, ou Sheila Frazier, autre figure de la blaxploitation.

 
Dans le même genre vous pouvez trouver SWEET SWEETBACK'S BAADASSSSS SONG (Le premier film du genre !) ou encore SHAFT, LES NUITS ROUGES DE HARLEM (Un autre black polar par le père du réalisateur de Super Fly.).

Réalisé par