TABOU

Bientôt disponible
Politique / Histoire - 2000 - Japon - 100 MIN - Tous publics
En 1865, à Kyoto. Au temple Nishi-Honganji, le commandant Isami Kondo et le lieutenant Toshizo Hijikata sélectionnent les nouvelles recrues de la milice de samouraïs du Shinsengumi, chargée de protéger le Shogun. Les candidats doivent affronter le meilleur guerrier, en la personne du lieutenant Soji Okita. Seuls deux hommes sont retenus après avoir remporté haut la main cette épreuve : Hyozo Tashiro et Sozaburo Kano, fils d'un notable, dont la beauté androgyne attire bientôt tous les regards...

Réalisé par

6.7 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Mathilde Lorit
Mathilde Lorit
CHRONIQUEUR

Tabou marque le grand retour au cinéma de Nagisa Oshima, disparu du grand écran depuis 1986 et Max mon amour, troublante histoire d’amour entre Charlotte Rampling et … un chimpanzé ! Le titre Tabou est d’ailleurs très symbolique de l’univers d’Oshima, qui n’a jamais cessé, tout au long de sa carrière, de s’attaquer à des sujets jugés scandaleux par la société japonaise. Si ces premiers films sont peu connus du public occidental, Furyo, avec David Bowie, et surtout, le très érotique Empire des sens, figurent parmi ses œuvres les plus plébiscitées. 

Avec Tabou, qu’il réalise en 1999, Nagisa Oshima assouvit une passion d’enfance : sa fascination pour les derniers sursauts du Shinsengumi, légendaire groupe de samouraïs qui tenta de s’opposer à la restauration de Meiji, synonyme de profonds bouleversements politiques pour le Japon et de dissolution de la caste des samouraïs. C’est donc au printemps 1865 que se situe l’action de Tabou, à l’époque où la force du sabre se voit menacée par les nouvelles techniques d’armement importées d’Occident. Au passage, Oshima renoue avec un thème déjà abordé dans Furyo : l’homosexualité en terrain très masculin. C’est une petite révolution dans la représentation cinématographique des samouraïs, mais une révolution jugée indispensable par Oshima pour bien comprendre cet univers.

Une fois de plus, le cinéaste en profite donc pour défier les censeurs japonais, et livrer un film à l’érotisme troublant…
Contexte

Takeshi Kitano

Nagisa Oshima

ZATOICHI

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité