Bande Annonce de TAKING LIVES, DESTINS VIOLESDécouvrez la bande Annonce de TAKING LIVES, DESTINS VIOLES sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/1802/fond/1802_w_500.jpg
D.j. Caruso
Angelina JolieEthan HawkeGena RowlandsJean-Hughes AngladeKiefer SutherlandOlivier MartinezTchéky KaryoAndré LacosteBilly Two RiversJustin ChatwinPaul DanoJulien PoulinMarie-Josée CrozeRichard Lemire

TAKING LIVES, DESTINS VIOLES

99 mn

Note de SensCritique :

5.1 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : D.j. Caruso.

Casting : Angelina Jolie, Ethan Hawke, Gena Rowlands, Jean-Hughes Anglade, Kiefer Sutherland, Olivier Martinez, Tchéky Karyo, André Lacoste, Billy Two Rivers, Justin Chatwin, Paul Dano, Julien Poulin, Marie-Josée Croze. Richard Lemire

Synopsis : Profiler au FBI, Illeana Scott a une méthode bien à elle pour retrouver et capturer les dangereux criminels auxquels elle a régulièrement à faire. Appelée à Montréal pour tenter de retrouver un serial killer, ses méthodes, bien peu orthodoxes, ne vont pas plaire à tout le monde...

Scénario : John Bokenkamp.
Musique : Philip Glass.
Pays : Australie | Canada | Etats-Unis d'Amérique
Tags : Policier / Suspense, Bleues comme les peurs, Tueurs fous, Cadavres en série, Au Québec.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Taking Lives/Destins violés est le deuxième long métrage de DJ Caruso – DJ pour Daniel John. Né en 1965, dans le Connecticut, Caruso débarque dans l’industrie cinématographique du côté des studios Disney avant de faire la connaissance du réalisateur John Badham avec lequel il entamera une fructueuse collaboration, devenant, tour à tour, producteur associé, producteur et réalisateur deuxième équipe sur des films tels que Nom de code Nina, le remake du Nikita de Luc Besson, ou Meurtre en suspens, avec Johnny Depp.

Dès 1995, il travaille pour la télévision sans, pour autant, perdre de vue le cinématographe. C’est ainsi qu’en 1997, il réalise un court métrage d’une quarantaine de minutes, intitulé Cyclops, Baby, une comédie noire qui va lui permettre de passer dans la cour des grands, en réalisant son premier long métrage, Salton Sea, avec un Val Kilmer trompettiste de jazz et indicateur de police !
Tout en poursuivant son travail à la télévision, Caruso s’intéresse à un roman de Michael Pye, que son collègue, le réalisateur et producteur Tony Scott, vient d’abandonner, tout comme Jennifer Lopez qui, après Coup de foudre à Manhattan de Wayne Wang, déclare forfait, préférant rejoindre Richard Gere sur le plateau de Shall we dance ?, la comédie romantique de Peter Chelsom.
C’est ainsi qu’Angelina Jolie – après deux aventures de Lara Croft – personnifie cet agent du FBI pas tout à fait comme les autres, qui n’a besoin « ni de preuves, ni de faits, juste le lieu du crime et le cadavre », comme l’affirme l’un de ses collègues, et qui, de plus, ressent les vibrations des meurtriers, ce qui ne va pas être de trop dans cette sombre affaire.

Face à elle, une distribution internationale, pour cette coproduction américano-canadienne, tournée à Montréal et à Québec. Vous reconnaîtrez Ethan Hawke, très loin du Cercle des poètes disparus, Kiefer Sutherland, en pleine troisième saison de 24 heures chrono, Gena Rowlands (74 ans), l’inoubliable compagne, inspiratrice et interprète de John Cassavetes, ainsi que trois français dans les rôles des policiers canadiens. Tout d’abord Olivier Martinez, que les américains venaient de découvrir en amant de Diane Lane dans Infidèle, le remake américain de la Femme Infidèle de Claude Chabrol, et en trafiquant de drogue dans S.W.A.T. unité d'élite. Vous reconnaîtrez également Tchéky Karyo, que Ridley Scott avait déjà dirigé dans 1492 : Christophe Colomb, Michael Bay dans Bad Boys, Martin Campbell dans GodlenEye et Roland Emmerich dans The patriot : Le chemin de la liberté. Enfin, Jean-Hugues Anglade qui venait de faire une apparition dans le 45e épisode des Soprano, dirigé par Steve Buscemi.

Vous connaissez tout le monde, voici donc Taking Lives/Destins violés, présenté, hors compétition, en ouverture du 22e festival du film policier de Cognac, le 8 avril 2004, dans le jury duquel festival, on retrouvait, entre autres, Jean-Hugues Anglade.

Comme vous venez de le constater, les fratries de cinéma sont rarement de tout repos, malgré l’ombre tutélaire des frères Lumière. C’est, en effet, les bibliques Caïn et Abel qui, davantage, inspirèrent les cinéastes. Ces originels frères ennemis furent d’ailleurs représentés à l’écran dès 1920, avant que John Huston ne leur prête les visages de Richard Harris et Franco Nero dans la Bible, sorti en 1966.

L’histoire du cinéma est donc parsemée de conflictuelles relations, bien peu fraternelles. Une femme, souvent, est à l’origine du drame, et pas n’importe laquelle ! C’est leur mère, parfois, qui, volontairement ou non, instille, par sa présence maladroite ou son absence dévastatrice, une jalousie qui ne fera que croître et embellir avec les années. James Dean dans A l’est d’Eden symbolise ce fils torturé par la mystérieuse absence d’une mère idéalisée. Sa rébellion apparaît d’autant plus violente que son frère, lui, incarne le fils parfait, donc idéal, face à un père puritain, donc sévère.

Quand c’est l’amour pour une femme qui sépare les frères – cas de figure assez répandu – le drame n’est pas moins terrible. Ainsi, la présence de Jennifer Jones met le feu aux poudres entre Joseph Cotten et Gregory Peck dans Duel au soleil, tout comme l’arrivée d’Annie Girardot déchire Alain Delon et Renato Salvatori dans Rocco et ses frères. Quelques années plus tard, de la même façon, Michelle Pfeiffer brisera la fraternelle harmonie régnant depuis toujours entre Jeff et Beau Bridges dans Susie et les Baker boys.
La vie, parfois, se charge d’opposer les frères, souvent jusqu’à la mort. C’est le drame de Marlon Brando, docker courageux, face à Rod Steiger, avocat du syndicat mafieux des dockers, dans Sur les quais ; de Dustin Hoffman, aimable étudiant, face à Roy Scheider, membre d’un réseau néonazi, dans Marathon Man ; ou encore de Richard Gere, talentueux musicien, face à Nicolas Cage, minable truand, dans Cotton Club.
Les frères peuvent aussi ne pas savoir qu’ils sont frères. C’est le cas de l’honnête, courageux et républicain Stewart Granger découvrant sa filiation avec Mel Ferrer, l’aristocrate félon, dans Scaramouche, tout comme Tom Cruise, le beau gosse un peu superficiel, apprenant, à la mort de son père, l’existence d’un frère autiste, Dustin Hoffman, dans Rain Man.
Dans un autre genre, c’est à la mort de leur mère que Didier Bourdon, Bernard Campan et Pascal Légitimus, dans les Trois frères, découvrent leur commune ascendance, une tâche de vin sur le fesse droite ne laissant aucun doute à ce sujet ! Eux aussi réunis autour du cercueil de la Mamma, ils sont venus, ils sont tous là : Philippe Noiret, Vittorio Mezzogiorno et Michele Placido reviennent à la ferme familiale dans Trois Frères de Francesco Rosi.

Ils sont, également, trois dans le Fils préféré mais, les échecs de Gérard Lanvin, la réussite de Jean-Marc Barr et l’homosexualité de Bernard Giraudeau ont fait éclater une cellule familiale déjà fragilisée par le secret entourant la naissance de l’un des trois.
Enfin, il y a les frères jumeaux qui, lorsqu’ils ne sont pas complètement différents, comme Arnold Schwarzenegger et Danny De Vito dans Jumeaux d’Ivan Reitman, sont, vraiment, très ressemblants. Et pour cause, le même comédien jouant souvent les deux rôles. Souvenez-vous : Raimu, autoritaire homme d’affaires et timide avocat, dans les Jumeaux de Brighton et Michel Simon, riche bourgeois intransigeant et bohème sans le sous, dans la Vie d’un honnête homme ou, plus récemment, Andy Garcia, humaniste convaincu et affairiste cynique, dans Faux frères, vrais jumeaux et Jeremy Irons, gynécologue extraverti et gynécologue introverti, dans Faux-semblants.

Pour finir, n’oubliez pas que Philippe Nicaud joua deux frères jumeaux et leur sosie dans les Trois font la paire, amusante variation de Sacha Guitry sur un thème qu’il connaissait bien, et que Fernandel – sans trop forcer sur le maquillage – incarna des quintuplés et leur père dans le Mouton à cinq pattes, la comédie d’Henri Verneuil.

Un jour... il faudra que je vous parle des sœurs !

Quelle surprise, j'ai véritablement adoré ce film. Angelina Jolie est sublime dedans et je dois bien admettre que l'évolution des personnages, la surprise perpétuelle, la trame qui se moque délicieusement du spectateur .. tout pour faire un bon thriller, parce que oui, j'ai ...

Lire la suite
7
MaxOwen
A voir également
Affiche du film NIKITA

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LE GOÛT DU SANG
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film COMEDOWN

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AUX YEUX DE TOUS

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés