Bande Annonce de TEMPÊTE SUR L'ASIEDécouvrez la bande Annonce de TEMPÊTE SUR L'ASIE sur FilmoTVhttp://
Vsevolod Pudovkin
A.dedintsevAlexandre TchistiakovBoris BarnetF.ivanovL.belinskaiaValéry InkijinoffViktor Tsoppi

TEMPÊTE SUR L'ASIE

126 mn

Note de SensCritique :

6.7 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Vsevolod Pudovkin.

Casting : A.dedintsev, Alexandre Tchistiakov, Boris Barnet, F.ivanov, L.belinskaia, Valéry Inkijinoff. Viktor Tsoppi

Synopsis : Baïr, nomade mongol se rend au marché pour vendre ses fourrures. Il refuse de brader celles-ci aux acheteurs européens. Il est alors contraint de s’enfuir et de se réfugier dans les montagnes. Le pays est alors occupé par les Britanniques. Fait prisonnier par ceux-ci, Baïr échappe à l’exécution quand on découvre sur lui une amulette ayant appartenu à Gengis Khan, pouvant laisser penser qu’il est l’héritier de l’empereur.

Scénario : Ossip Brik.
Musique : Nicolas Krioukov.
Tags : Aventure / Action, Vers l'Asie Tome 1, Images de dirigeants, Cinéma soviétique, Films russes.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Avec Eisenstein et Dovjenko, Vsevolod  Poudovkine est l’un des trois cinéastes soviétiques majeurs des années 20. Il figure parmi les piliers du cinéma de son époque, autant d’ailleurs  en termes artistiques que politiques : son film peut être le plus fameux,  La chute de Saint Petersbourg, constitue un des plus notoires relais du régime soviétique en termes de propagande.

Réalisé en 1930, Tempête sur l’Asie fait partie de cette famille que l’on peut qualifier d’« officielle », du moins ici en apparence. Le film est en effet une commande des instances dirigeantes, et le projet entend clairement servir l’image et la doctrine du régime. Tempête sur l’Asie s’appuie sur un épisode authentique mais méconnu de l’histoire soviétique : Pendant la guerre civile qui succède à la Révolution de 1917, les Anglais tentent d’établir en Mongolie un régime fantoche, et de mettre au pouvoir un anonyme qu’ils feraient ensuite fait passer pour un descendant de Gengis Khan. Mais l’expérience tourne court car une fois arrivé, l’individu promu se rebelle et refuse de tenir le  rôle qui lui était réservé. D’un point de vue historique et propagandiste, le film de Poudovkine suit  cette intrigue et remplit donc fidèlement la commande

Envisagé dans sa dynamique, Tempête sur l’Asie frappe aujourd’hui par la manière dont Poudovkine parvient à recréer la vie quotidienne en Mongolie, d’une manière que l’on n’avait jamais vue auparavant et que on ne la reverra d’ailleurs jamais. L’aspect ethnologique en demeure stupéfiant dans son authenticité même. Au-delà de la commande, on s’aperçoit très vite que la matrice du film n’est pas communiste, mais qu’elle renvoie davantage à Rudyard Kipling. Tempête sur l’Asie se veut plus proche de l’épopée, de la fable, voire du conte. Ce qui intéresse Poudovkine, c’est la manière dont un individu anodin, porté au pouvoir à son corps défendant, parvient à s’affirmer de façon différente. Si une telle idée d’un roi de fortune  imposé par les circonstances est typique de la littérature de Kipling, elle ne correspond pour le coup pas du tout aux préoccupations soviétiques. Lorsque le film sort, il est vivement critiqué sur ces bases, les commanditaires ne comprenant pas que Poudovkine ait pu se concentrer sur le récit au détriment de la propagande. Manifestement l’aspect historique a beaucoup moins intéressé Poudovkine que le caractère épique de son intrigue, à tel point que l’on peut penser que le réalisateur s’est juste servi du scénario pour filmer ce qui l’intéressait, à savoir une épopée. Et le fait est que lorsque son récit s’installe en Mongolie, Tempête sur l’Asie devient un inoubliable moment de cinéma, transportant le spectateur sinon ailleurs, en tout cas vers des horizons qui n’ont plus grand chose à voir avec la commande initiale.

De façon surprenante, Tempête sur l’Asie a été distribué en Grande Bretagne, particulièrement étrillée dans le film. Mais comme il était délicat de montrer aux Anglais leur présence en Mongolie sous un jour particulièrement critique pour ne pas dire davantage, les intertitres du film ont été travestis afin de transformer les soldats britanniques en Russes blancs. Un tour de passe -passe qui n’avait pas manqué, déjà à l’époque, d’être fustigé comme une aberration  historique.

Majeure en son temps, l’influence des cinéastes soviétiques qui ont travaillé pendant une période exceptionnelle, celle de la NEP, se perd néanmoins dans les années 30 qui constituent des années de véritable fermeture. L’impulsion de ceux-ci se retrouvera néanmoins dans le cinéma Soviétique d’après guerre essentiellement pendant sa période Khrouchtchev, mais surtout dans le cinéma dit du bloc de l’Est.  

Il apparaît que le cinéma soviétique n’a jamais été aussi prestigieux que dans les années 60 avec l’émergence de réalisateurs tels que Andrei Tarkovski et Mikhail Kalatozov. Les ambitions de la période étaient de nature inspirée, mettant en avant un cinéma de l’épopée, un cinéma spectaculaire, un cinéma qui permet  d’irriguer plusieurs générations de cinéastes… et dont les racines se trouvent dans les films des années 20 et 30. La glaciation Brejenevienne mettra néanmoins un terme à ce mouvement.

Par ailleurs  il est frappant de constater en revoyant des films tels que « Tempête sur l’Asie » ou « la Terre », l’influence évidente que ce cinéma exercera sur tout le cinéma du bloc de l’Est, en Pologne ou en Tchécoslovaquie notamment. De façon générale, il jouera  une force motrice dans l’ensemble  du cinéma mondial et ce  jusqu’à la fin des années 60 en marquant  aussi  une partie du cinéma Américain,  soucieux lui aussi des influences Européenne.

Aussi  on peut d’autant se rendre compte aujourd’hui que ce cinéma représente un art perdu : un cinéma de l’épopée, un cinéma de la foule,  un cinéma où il ne s’agit pas seulement de manipuler des masses, mais de les ordonner dans un cadre. Un cinéma qui à l’ère du numérique, n’existe plus.

Le fou des steppes

Poudovkine est un maître qui, dans l'histoire du cinéma, a le poids d'un Eisenstein. Mais comme il a un prénom imbittable, il est souvent oublié. La comparaison vaut ce qu'elle vaut mais ces deux géants du cinéma muet russe ont pas mal de points communs à commencer par un ...

Lire la suite
7
bilouaustria
A voir également
Affiche du film ATOUT COEUR À TOKYO POUR OSS 117

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LE TIGRE DU BENGALE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film IVAN LE TERRIBLE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film L ODYSSEE SIBERIENNE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film BASTILLE DAY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film APPRENTICE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film IRREPROCHABLE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film SUICIDE SQUAD

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film GENIUS

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés