TERESA, LA FEMME QUI AIME LES HOMMES

À partir de 6.99 €
Parce que comme Aldo Maccione, Teresa Orlowski jouait dans des films dont le titre comportait son prénom
Adulte - 1985 - Allemagne|France - 101 MIN - VF - interdit aux moins de 18 ans
Teresa Orlowski joue son propre rôle: directrice d'un empire pornographique allemand. Pour ses séances de photos, elle recherche des hommes capables de recruter de nouveaux modèles féminins. Claude et son compère, n'aimant rien d'autre que de draguer, lisent l'annonce. Claude tente sa chance et Teresa découvre ses excellentes aptitudes.

Réalisé par

Pas encore disponible
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Christophe Bier
Christophe Bier
CHRONIQUEUR

Coproduction franco-allemande de Marc Dorcel, Teresa la femme qui aime les hommes est en 1985 un très gros succès sur le marché de la vidéo. Issu de milieu de l’édition érotique, fort de sa connaissance du réseau de vente des sex-shops, Dorcel est l’un des premiers à produire des vidéos hard en France. Parmi ses réalisateurs, certains ont fait en revanche leur apprentissage dans le cinéma traditionnel et ont tourné des pornos sur pellicule, comme l’auteur de Teresa, Michel Barny, qui était l’assistant du Sexe qui parle et réalisateur de quelques chefs-d’œuvre du genre comme Mes nuits avec… Alice, Pénélope, Arnold, Maud et Richard et Les Hôtesses du sexe.

Son passage à la vidéo sous le label de Dorcel, VMD, marque une baisse indéniable des moyens mais pas de son savoir-faire. Il répond au cahier des charges, accumulant un maximum de scènes pornos autour d’un argument très léger. Une femme d’affaires dirige un empire pornographique allemand. Elle roule en Mercédès, vit dans le luxe et baise à tout prétexte. Elle publie des magazines hard qui nécessite un renouvellement constant des modèles féminins. Sa société passe des annonces pour trouver des garçons entreprenants chargés du recrutement. Evidemment, elle teste les candidats et tombe sur Claude, un étalon qui n’imaginait pas que le travail pouvait être une excitante aliénation.

L’atout majeur du film est cette patronne gourmande dont la poitrine opulente ornera les jaquettes des VHS, promesse de ventes assurées. Le rôle est taillé sur mesure pour Teresa Orlowski, impératrice du hard allemand et que Michel Barny est le premier à propulser en France. Nous sommes dans les bureaux qu’elle occupe réellement avec son mari réalisateur et photographe Hans Moser. Sur son bureau traîne son magazine Vidéo Star. Ce pourrait être un documentaire, mais le porno exige une fable et des débordements hard. D’authentiques et hypnotiques, il n’y a que les seins de Teresa. Barny privilégie les cravates de notaire et les levrettes qui les font balloter en cadence.

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Pas si éloigné

Le contexte

Teresa Orlowski

Comme Teresa, Larry Flint est devenu un grand magnat de la presse pornographique.

Michel Barny

De Jean-Claude Roy, 1982. Le personnage principal est un oisif qui adore draguer.

FOXY LADY