TERMINATOR 3 : LE SOULÈVEMENT DES MACHINES

Bientôt disponible
0
Parce que c'était le dernier rôle d'Arnold avant de devenir Gouverneur de Californie
Science-fiction - 2003 - Allemagne|Etats-Unis d'Amérique - Tous publics
John Connor est devenu adulte et sa mère est morte d'une leucémie. Il est seul face à son destin. Il vit d'expédient, se méfiant de tout et de tous. Quand un nouveau Terminator surgit du futur pour le tuer il est obligé de fuir une nouvelle fois, en compagnie d'une jeune femme, elle aussi visée. Heureusement un autre Terminator débarque pour les protéger. Et le combat des machines...

Réalisé par

5.2 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Denis Parent
Denis Parent
CHRONIQUEUR

En  2003 un troisième Terminator débarque dans notre espace-temps cinématographique. Il est intitulé Le soulèvement des machines. Mais attention depuis T2 il a deux sortes de Terminators. 

Le gentil qui a toujours la carrosserie  vintage de Arnold Schwarzennegger, et le méchant, plus moderne, et disposant de toutes les options. Cette fois c’est une terminatorette remarquablement designée par l’actrice Kristanna Loken. Cette fois la régie finale n’est plus dirigée par le grand James Cameron mais par Jonathan Mostow.

Cette fois encore le futur messie de l’humanité, John Connor désormais adulte doit fuir un robot tueur pour éviter que ne se produise le jugement dernier. 

Le contexte

Arnold Schwarzenegger

Entre Frankenstein et Pinocchio un conte sur la nature humaine. L'émotion est-elle uniquement biologique, l'empathie uniquement réservée à notre espèce? Spielberg met en scène un enfant-jouet, faux enfant abandonné quand il ne sert plus, dans un film où la machine est plus humaine que les humains.

Jonathan Mostow

Paul Verhoeven a développe une anti-utopie très inquiétante, projection totalitaire des USA, où la sécurité est assurée par une créature mi-homme/mi-machine. Un film d'action sur le principe du "vigilante movie" qui montre et dénonce à la fois les comportements policiers poussés dans tous leurs excès.

CONAN LE BARBARE DE JOHN MILIUS (1982)

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS