THE DEVIL'S HOUR

À partir de 3.99 € | -50% avec le Pass Illimité (sous conditions)
Un rollercoaster horrifique jouant habilement avec les codes du genre.
Fantastique / Horreur - 2019 - Etats-Unis d'Amérique - 91 MIN - VM - HD - interdit aux moins de 12 ans
Deux entrepreneurs modernes, Drew et Max, diffusent en live sur le web des exorcismes qui sont en fait des canulars. Mais leur business bascule le jour où l’actrice utilisée devient mystérieusement possédée par un véritable démon. Devant un public mondial en croissance rapide, le démon les soumet à une série de défis violents et humiliants destinés à les punir pour leurs mensonges...

Réalisé par

5.3 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Christophe Lemaire
Christophe Lemaire
CHRONIQUEUR

Les exorcismes sont tous t’ils réels ? Visiblement non si on se fie à la première partie de The Devil’s Hour qui, commençant dans un esprit potache, continue dans l’horreur pur et dur. On y suit les carabistouilles de Drew et Max, deux magouilleurs de première qui, via leur émission sur le web, diffusent d’impressionnantes séances d’exorcismes qui s’avèrent être des canulars judicieusement montés. Jusqu’au jour où une actrice, leur victime du jour, se retrouve réellement sous l’emprise du démon en direct live. La possédée obligeant alors le faux exorciste à subir quelques défis humiliants jusqu’à ce qu’il avoue l’arnaque à ses milliers de fans.

Visiblement, le metteur en scène Damien Leveck connaît ses classiques, puisque son Devil’s Hour reprend les codes du genre dans une série de séquences ou la possédée roule des yeux et prend une voix d’outre-tombe façon Linda Blair dans L’exorciste. Damien Leveck était d’autant plus rodé qu’il avait tourné trois ans auparavant une version de 19 minutes au titre homonyme et projeté avec succès dans différents festivals de courts métrages internationaux. 

Bien que Damien LeVeck soit un fan hardcore de L’Exorciste (mais qui ne l’est pas ?), il tenait à que sa possédée ne fasse pas des choses infaisables comme le tournoiement de tête de Linda Blair à 360 degrés dans le film de Friedkin. Idem pour les sons gutturaux de l’actrice qui, contrairement aux films d’exorcisme habituels, n’est pas une simple superposition de la voix de l’actrice. Pour plus de bizarrerie, il a préféré mixé les cordes vocales de celle-ci à celles d’un acteur  en faisant ensuite quelques flux et reflux au son, histoire de bien différencier la voix de la possédée de celle de son possesseur.

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Kyle Gallner

Une arnaque au spiritisme dévie vers l'épouvante pure. Suite efficace d'une saga horrifique.

Damien Leveck

Un film d'horreur pure et dur rendant hommage à Lovecraft. Par Pascal Laugier, le meilleur spécialiste du genre enFrance.

THE FINEST HOURS

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS