THE ENDLESS SUMMER : L'ÉTÉ SANS FIN (VERSION RESTAURÉE)

Bientôt disponible
Vous voici au coeur de la "surf culture" des années 60.
Documentaire - 1968 - Etats-Unis - 95 MIN - Tous publics
Bruce Brown prend sa caméra et suit Robert August et Mike Hynson, deux jeunes Californiens qui cherchent à vivre un été sans fin en surfant, à travers le monde, des vagues indomptées jusqu'alors.

Réalisé par

7.2 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Emmanuelle Spadacenta
Emmanuelle Spadacenta
CHRONIQUEUR

Bruce Brown est surfeur/réalisateur. C’est-à-dire qu’il est surfeur et, en même temps, il réalise des documentaires sur son sport. En 1966, il met en boîte ce qui est considéré comme « le film séminal » des films de sports de glisse, The Endless Summer.

Dans les années 60, le surf n’est pas encore sous le joug des sponsors et des marques mondiales. C’est un style de vie, plutôt relax, comme le sport en lui-même d’ailleurs. On glisse dans les rouleaux, on apprivoise des vagues, on drague les filles. Quand Robert August et Mike Hynson, deux jeunes Californiens, voient l’été s’achever, ils prennent leurs planches et décident d’arpenter des plages du monde entier.

Suivi de près par Bruce Brown, Robert et Mike découvrent des spots qui deviendront mythiques pour les générations suivantes et aussi des pays et des gens qu’ils ne connaissaient pas. Du Ghana à Tahiti, en passant par l’Australie, Brown nous renvoie à une époque charnière et brosse le portrait du sport de la douceur de vivre, qui peut également être l’une des activités les plus dangereuses au monde.

Le contexte

Michael Hynson

S'il y a deux films séminaux sur la culture du surf, c'est bien THE ENDLESS SUMMER et le thriller POINT BREAK de Kathryn Bigelow, plongée dans un gang de surfeurs braqueurs.

Bruce Brown

WOODSTOCK documente une autre facette des années 60.

FREE AND EASY