THE HAPPY PRINCE

À partir de 3.99 €
Rupert Everett devant et derrière la caméra rend un hommage savoureux à un des génies persécutés de la perfide Albion...
Drame - 2018 - Allemagne | Grande-Bretagne - 106 MIN - VO - HD - Tous publics
Oscar Wilde, incisif, arrogant et brillant esprit du tout-Londres n'est plus que l'ombre de lui-même. Déchu de son statut de roi des mondains et des théâtres victoriens après avoir purgé une peine de prison, à cause de son homosexualité, il vit d'expédients et de ses ultimes soutiens. Bientôt il doit s'exiler à Paris, faute d'avoir accepté de rentrer dans le rang. C'est le début d'une déchéance consentie, voire souhaitée...

Réalisé par

5.6 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Denis Parent
Denis Parent
CHRONIQUEUR

Il fut le gentleman le plus admiré et le plus craint du Londres victorien. Mais son homosexualité ostentatoire l’a envoyé en prison et a ruiné sa carrière. Quand il sort de geôle, l’écrivain n’est plus que l’ombre de lui-même.

« The happy prince » est LE film que Rupert Everett voulait faire. Oscar Wilde était LE personnage qu’il voulait incarner, celui de la fin, pathétique et grandiose. Sortie en 2018, l’oeuvre n’est pas un biopic ordinaire.

Au-delà de la qualité de la reconstitution, d’un casting brillant dans lequel figurent Emily Watson, Béatrice Dalle, et Colin Firth, c’est aussi le plaidoyer d’un artiste gay, qui, incarnant une victime fameuse de l’ordre culturel et moral rappelle que les minorités sexuelles ne sont guère mieux loties au 21e siècle.

FILMOTV vous recommande

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Rupert Everett

La vie de bohème et de déglingue du couple maudit, Verlaine et Rimbaud, dans le Paris de la fin du 19e siècle. Une évocation intéressante par une réalisatrice polonaise avec, surtout, un casting rétrospectivement séduisant: Leonardo DiCaprio en Arthur et David Thewlis en Paul...

Rupert Everett

Tant qu'à parler de "biopic" celui-là mérite le détour, d'abord pour l'évocation d'un écrivain engagé dont le livre "De sang froid" engendrera une superbe adaptation (de Richard Brooks 1967) et aussi pour la composition du regretté Philip Seymour Hoffman.

LES LUNETTES D'OR DE GIULIANO MONTALDO (1987)

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité

Pas si éloigné