THE NEON DEMON

À partir de 2.99 €
Science-fiction - 2016 - Danemark|France|Etats-Unis d'Amérique - 113 MIN - VM - HD - interdit aux moins de 12 ans
Il était une fois la toute jeune Jesse, mue par l'ambition de devenir mannequin. Elle se rend à Los Angeles pour réaliser son rêve et découvre la cruauté et la jalousie qui animent d'autres jeunes femmes comme elles, prêtes à tuer pour réussir ...
6.5 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Carlos Gómez
Carlos Gómez
CHRONIQUEUR

Nicolas Winding Refn est un cinéaste qu’on adore ou qu’on déteste. La présentation de The Neon Demon pendant le Festival de Cannes 2016 a divisé ses opposants et ses admirateurs dans des proportions jamais atteintes. A mon sens, les premiers ont fait preuve d’une violence si aveugle et injustifiée, qu’elle invalidait tout simplement leur conception supposée de « l’exercice » critique. Parlons plutôt d’exécution sommaire et surtout, n’en parlons plus.

Cela faisait plusieurs années que l’artiste danois avait envie de faire un film sur la beauté, «très présente dans sa vie» confiait-il durant ses interviews, ce qui était à la fois une allusion et un hommage à son épouse, Liv Corfixen, une ancienne mannequin, devenue réalisatrice. Elle fait une courte apparition dans la fascinante scène du restaurant...

La beauté, le petit Nicolas s’y était frotté par le passé en réalisant des films publicitaires pour nombre de marques de luxe, lui permettant d’observer, je cite "que la beauté donne aux femmes un certain pouvoir". Le corollaire est que cette beauté semble avoir une durée de vie chaque fois plus courte, devenant pour certaines une obsession qui peut souvent mener à une conduite démente. The Neon Demon c’est d’abord ça : un voyage aux confins de la folie avec la beauté pour enjeu dérisoire...  Bon film.

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Elle Fanning

Ben Stiller s'amuse des outrances du monde de la mode où tous les coups étaient déjà là permis.

Nicolas Winding Refn

Tony Scott y jouait avec les codes du film de vampires pour créer une oeuvre moderne, graphique et froide.

SUPER 8 DE J.J. ABRAMS (2011)

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS