THE RIOT CLUB

Bientôt disponible
Pour la très efficace reconstitution de la haute société britannique, côté jeunes.
Drame - 2014 - Grande-Bretagne - 107 MIN - Tous publics
Alistair et Miles sont étudiants en première année à la prestigieuse université d'Oxford, là précisément où se niche le fameux Riot Club réservé à l'élite de l'élite et dans lequel les mots d'ordre sont excès, violence et débauche. Les deux jeunes hommes n'auront de cesse que d'y entrer. Cela se fera à leurs dépens car les dérapages sont vite arrivés.

Réalisé par

5.5 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Nabil Massad
Nabil Massad
CHRONIQUEUR

L'université d'Oxford est l'une des plus prestigieuses au monde. Le Riot Club pour sa part est une sorte d'état dans l'état puisqu'il se compose d'une élite et que les conditions d'accès pour les étudiants de ladite université y sont drastiques. Une fois admises, les jeunes recrues se voient soumises à des bizutages d'une rare violence, tout comme elles se doivent d'obéir aux règlements qui régissent le Riot Club depuis trois cents ans. A savoir débauche et excès en tous genres et sans limite aucune. Miles et Alistair, deux étudiants en première année feront tout ce qui est en leur pouvoir pour en faire partie.

Réalisé par la cinéaste danoise Lone Scherfig à qui l'on doit les excellents Italian for Beginners, Une éducation ou encore Un jour, The Riot Club s'inscrit dans le registre de ces œuvres britanniques mettant en exergue une certaine forme de violence extrême chez les jeunes, un peu dans le style du film de Lindsay Anderson If tourné en 1968, sauf que dans ce dernier la violence reflétait plus un esprit de rébellion contre l'ordre établi dans une institution scolaire, qu'un pur désir d'excès comme c'est le cas dans The Riot Club.

Dans l'un comme dans l'autre, le système éducatif britannique n'est pas épargné.
The Riot Club est tiré de la pièce de théâtre Posh écrite par Laura Wade qui a également signé le scénario de la version cinématographique, et sa distribution compte Max Irons, fils de Jeremy du même nom et repéré dans Le Chaperon rouge de Catherine Hardwicke, puis Sam Claflin tout droit sorti de Hunger Games et de Blanche Neige et le chasseur.

Le contexte

Les aceurs Sam Claflin et Natalie Dormer avaient déjà été réunis dans ce film.

Lone Scherfig

Ce film de Lindsay Anderson met en accusation également le système éducatif britannique.

LE CHAPERON ROUGE