Bande Annonce de THE SEA IS BEHINDDécouvrez la bande Annonce de THE SEA IS BEHIND sur FilmoTVhttp://
Hicham Lasri
Fairouz AmiriHassan Ben BadidaMalek AkhmissMohamed AouraghSalah BensalahAdil LasriHanane ZouhdiNajat KhairallahYassine SekkalZineb Smaiki

THE SEA IS BEHIND

88 mn
voir la bande annonce

Réalisateur : Hicham Lasri.

Casting : Fairouz Amiri, Hassan Ben Badida, Malek Akhmiss, Mohamed Aouragh, Salah Bensalah, Adil Lasri, Hanane Zouhdi, Najat Khairallah, Yassine Sekkal. Zineb Smaiki

Synopsis : Une troupe organise la cérémonie de la hdya, une procession de mariage. Tarik y est un troubadour qui se grime en femme pour danser sur une carriole. Il souffre de ségrégation et son épouse, ses enfants et sa maison lui ont été retirés. Egalement présent, son père, dont le cheval est très vieux...

Scénario : Hicham Lasri.
Musique : Hobby Hoba Spirit, Jbara, Loonope, Samia Kadiri.
Pays : France|maroc
Tags : Drame, Science-fiction, Religion musulmane, Travestissement, de moins de 90 minutes.

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

« Pendant quelques heures, nous pouvons être malheureux à la manière des hommes libres. » cette terrible phrase extraite du livre de Primo Lévi Si c’est un homme sert d’exergue au film The Sea is behind réalisé par Hicham Lari. Après The End et C’est eux les chiens, il s’agit du troisième film réalisé par ce cinéaste, romancier et dramaturge né à Casablanca au Maroc en 1977. Dès ses premiers courts métrages, il a porté un regard aigu sur sa ville natale et ses habitants.

Le film que vous allez voir se situe lui aussi dans ce Maroc tout à la fois naturaliste et fantasmé, puisque l’action se déroule dans un pays où l’eau qui fait l’objet d’un curieux phénomène physique change tout ce qu’elle touche en pixels ! C’est dans ce singulier contexte qu’évolue Tarik un homme qui s’habille en femme, se maquille, danse sur le chariot de son père, dans la plus pure tradition de ces hommes travestis qui jadis égayaient les cérémonies de mariage.

Le titre du film est une référence explicite à Tariq Ziyad qui au printemps de l’an 711 engagea la conquête de la péninsule ibérique, à la tête de 12 000 hommes, majoritairement des Berbères. Débarquant à Gibraltar et ayant brûlé ses navires, il tint à ses soldats un discours devenu célèbre et dans lequel il leur dit ceci :

« Ô gens, où est l’échappatoire ?

La mer est derrière vous, l’ennemi devant vous 

Et vous n’avez par Dieu que la sincérité et la patience. »

« J’avais envie, a déclaré le cinéaste Hicham Lasri, de raconter un refroidissement et plus précisément le refroidissement d’une société qui passe de la tolérance à l’intolérance. A l’image de mon héros Tarik qui s’habille en femme car c’est son métier de danser pour les fêtes et les processions. Or, il y a quinze ans, c’était très banal, mais aujourd’hui, c’est devenu presque inimaginable. Je voulais raconter le télescopage entre une vision du passé et la société actuelle qui paradoxalement est plus conservatrice. »

Aidé par l’utilisation du noir et blanc déjà présent dans ses précédents films, le cinéaste se dirige volontairement vers une atmosphère de science-fiction dans un monde parallèle au nôtre, alternatif et dans lequel on ne voit pas vraiment de gens « ordinaires ». Mais à cette approche d’un ailleurs étrange répond comme en écho la volonté de montrer des réalités bien actuelles comme la montée de l’intolérance ou la prostitution.

Dans ce film comme dans les autres, Hicham Lasri aborde également de front un thème qui lui est cher, celui de la famille au sein de la société marocaine. A telle enseigne que son propre père apparaît dans une scène du film et qu’il reçoit en pleine figure une bicyclette. « J’ai tué mon père dans mon propre film, déclare avec malice le cinéaste, car quand j’étais enfant il a toujours refusé de m’acheter un vélo. » Et de reconnaître aisément la dimension sinon autobiographique du moins intime de ce film qui évoque longuement les relations denses et complexes entre un père et son fils.

 
le contexte
  • Egalement interprété par
    Malek Akhmiss
  • Pas si éloigné
    C'est un autre Maroc et une autre Casablanca plus naturalistes que montre Meryem Benm'Barek dans ce portrait au vitriol
  • Egalement realisé par
    Hicham Lasri
  • Dans le même genre
    Des pixels chez Lasri, une créature chez le del Toro de "La Forme de l'eau" : l'élément aquatique et ses transformations ont inspiré ces deux cinéastes dans des genres très différents.
A voir également
Affiche du film Rock the Casbah

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film BABEL

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film CASABLANCA

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AND NOW... LADIES AND GENTLEMEN

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film UN PEUPLE ET SON ROI

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film CLIMAX

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film THE LITTLE STRANGER

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film THE WIFE

à partir de

6.99
 
Affiche du film LES FRÈRES SISTERS

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film L AMOUR EST UNE FETE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés