THE SEA IS BEHIND

À partir de 3.99 €
Hichalm Lasri a construit un objet cinématographique singulier en noir et blanc et en couleurs !
Drame - 2016 - France|maroc - 88 MIN - VO - HD - Tous publics
Une troupe organise la cérémonie de la hdya, une procession de mariage. Tarik y est un troubadour qui se grime en femme pour danser sur une carriole. Il souffre de ségrégation et son épouse, ses enfants et sa maison lui ont été retirés. Egalement présent, son père, dont le cheval est très vieux...

Réalisé par

6.3 / 10
1MNavant
2MNaprès
Laurent Delmas
Laurent Delmas
CHRONIQUEUR

« Pendant quelques heures, nous pouvons être malheureux à la manière des hommes libres. » cette terrible phrase extraite du livre de Primo Lévi Si c’est un homme sert d’exergue au film The Sea is behind réalisé par Hicham Lari. Après The End et C’est eux les chiens, il s’agit du troisième film réalisé par ce cinéaste, romancier et dramaturge né à Casablanca au Maroc en 1977. Dès ses premiers courts métrages, il a porté un regard aigu sur sa ville natale et ses habitants.

Le film que vous allez voir se situe lui aussi dans ce Maroc tout à la fois naturaliste et fantasmé, puisque l’action se déroule dans un pays où l’eau qui fait l’objet d’un curieux phénomène physique change tout ce qu’elle touche en pixels ! C’est dans ce singulier contexte qu’évolue Tarik un homme qui s’habille en femme, se maquille, danse sur le chariot de son père, dans la plus pure tradition de ces hommes travestis qui jadis égayaient les cérémonies de mariage.

Le titre du film est une référence explicite à Tariq Ziyad qui au printemps de l’an 711 engagea la conquête de la péninsule ibérique, à la tête de 12 000 hommes, majoritairement des Berbères. Débarquant à Gibraltar et ayant brûlé ses navires, il tint à ses soldats un discours devenu célèbre et dans lequel il leur dit ceci :

« Ô gens, où est l’échappatoire ?

La mer est derrière vous, l’ennemi devant vous 

Et vous n’avez par Dieu que la sincérité et la patience. »

FILMOTV vous recommande

Pas si éloigné

Contexte

Malek Akhmiss

C'est un autre Maroc et une autre Casablanca plus naturalistes que montre Meryem Benm'Barek dans ce portrait au vitriol

Hicham Lasri

Des pixels chez Lasri, une créature chez le del Toro de "La Forme de l'eau" : l'élément aquatique et ses transformations ont inspiré ces deux cinéastes dans des genres très différents.

LA SOURCE DES FEMMES

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité