The Town (version longue)
À partir de 7.99 €
Policier / Suspense - 2010 - Etats-Unis - 123 MIN - VO - Tous publics
A Boston, Doug MacRay et sa bande de braqueurs s’attaquent encore une fois à une banque. Mais cette fois-ci ils prennent sur place une otage, Claire Keesey. Bien qu’ils l’aient relâchée indemne, MacRay n’est pas tranquille. Il a peur qu’elle parle au FBI. Il commence donc à la surveiller avant de l’aborder. Sans son masque, elle ne semble pas reconnaître Doug. Mieux elle entame une liaison avec lui. De son côté, Doug est sous le charme. Au point de vouloir changer de vie. Mais Jem, son complice et ami d’enfance, n’est pas d’accord.

Réalisé par

6.7 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Philippe Rouyer

Philippe Rouyer

CHRONIQUEUR

Souvent les versions longues de films récemment sortis constituent des attrape-nigauds. Une scène supplémentaire, un générique légèrement plus long et le tour est joué pour refaire payer le spectateur crédule, pour un film somme toute identique. Tel n’est pas le cas pour cette version dite « extended cut » de The Town, deuxième film de  Ben Affleck,  qui du propre aveu de celui-ci, dans la salle de montage, est  passé d’une première version de quatre heures à une autre  version de 2 heures cinquante pour finir à celle de deux heures et six minutes que vous connaissez.

La version de The Town que nous vous proposons constitue une sorte d’intermédiaire. Elle dure 26 minutes de  plus, c'est-à-dire que compte tenu du nouveau matériau introduit, elle correspond à un film de deux heures et demi non pas différent mais bien plus complexe que celui distribué en salle. L’intrigue de the Town est d’ailleurs elle-même très complexe. Elle repose sur un équilibre entre les scènes d’action pures, la description des rapports des voleurs entre eux, la progression de l’enquête des policiers et le développement de la liaison entre Ben Affleck et Rebecca Hall. On imaginait difficilement ce qui pouvait être modifié sauf à gripper la machine du scénario. Que verrez vous donc de plus ou de différent ? Et bien en fait beaucoup de choses, 26 minutes j’insiste, c’est beaucoup. C'est-à-dire - sans tenir une comptabilité rigoureuse du remontage - pas moins d’une quarantaine de changements et d’ajouts, parfois un plan ou un bout de scène, par exemple quelques répliques en plus dans les explications sèches post-hold-up entre Ben Affleck et Jérémie Renner. Comme c’est souvent le cas, les scènes de boîtes de nuit sont plus salées, de même que le règlement de compte, quand Affleck et Renner casse la figure des gangsters qui menacent Rebecca Hall, un passage bien plus violent. Ou encore une scène dans laquelle Ben Affleck se drogue seul avec un revolver dans une carcasse de bus, et qui nous fait comprendre que le personnage de Doug est aussi un type dangereux.
Mais surtout, surtout surtout c’est la présence de Rebecca Hall qui bénéficie de  la version longue. On suit davantage celle-ci, dans ses échanges avec le policier incarné par Jon Hamm, mais plus particulièrement dans des tête à tête avec Ben Affleck, un long passage de nuit dans une rue dans lequel Claire demande à un Doug embarrassé ce que fait son père dans la vie (il est en taule bien sûr), un autre moment ou elle évoque la gravité de la blessure du banquier agressé pendant le hold-up (blessé à qui les deux vont rendre visite à l’hôpital dans une séquence également inédite), ou encore un autre échange  quand Claire annonce à Doug qu’elle quitte son emploi, un passage filmé cette fois avec plus de lenteur, sur une place de Charlestown, en extérieur et non plus dans une chambre, en intérieur…
Tous ces ajouts ne sont pas anecdotiques et rendent beaucoup plus subtile la liaison entre Doug et Claire, ou plutôt l’attirance de Doug pour Claire : Est il vraiment amoureux d’elle, ou son empressement n’est il qu’un prétexte plus ou moins conscient pour se faire prendre, une sorte de suicide déguisé pour échapper à son environnement ?
C’est cette pulsion ambiguë, ce balancement entre besoin de rédemption et envie de châtiment que développe la version longue de the Town. Une version au moins aussi intéressantes que celle sortie en salle, parfaitement complémentaire en tout cas. Elle dilue sans les supprimer les scènes spectaculaires au profit de séquences plus intimes, véritablement porteuses d’émotions et de précisions. Pour le reste,  tout ce que dit Philippe Rouyer sur la version dite désormais « salle » demeure pertinent, à consulter par conséquent sans délai.

FILMOTV vous recommande

Même casting

Contexte

Rebecca Hall

même réalisateur de seconde équipe : Alexander Witt.

Ben Affleck

Une autre histoire de casse doublée d'une histoire d'amour.

VICKY CRISTINA BARCELONA

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité

Disponible sur
Bouygues
Vdf
Free
Numericable
Orange

Paiement sécurisé

SlimpayPaybox

Mode de paiement

CBVisaMastercardEbleue

Partenaires

UE MédiaCNC

Avec le service d'abonnement VOD illimité FilmoTV, regarder les meilleurs films sur tous supports est simple comme bonjour ! FilmoTV, un service qui mise sur la polyvalence : Windows, application OS Android, iOS et tablettes tactiles, service dédié au câble, TV connectée, choisissez votre support préféré ! Découvrez vos films de science-fiction par abonnement VOD ou de vos films d'horreur à regarder en téléchargement légal. Pour cela rendez-vous sur les espaces mode d'emploi ou comment s'abonner.