THE VIGIL

À partir de 3.99 € | -50% avec le Pass Illimité (sous conditions)
Un film d'épouvante qui joue sur l'art de la suggestion
Fantastique / Horreur - 2021 - Etats-Unis d'Amérique - 86 MIN - VM - HD - interdit aux moins de 12 ans
Un shomer est une personne qui veille au chevet dun défunt en récitant des Psaumes pour élever son âme. C'est la mission de Yakov, un jeune juif qui accepte ce travail le temps d'une nuit pour se faire un peu d'argent mais, bien entendu, il va vite être témoin d'événements paranormaux...
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Christophe Lemaire
Christophe Lemaire
CHRONIQUEUR

Comment renouveler « l'horreur surnaturelle » au cinéma ? Une question que s'est probablement posée le réalisateur Keith Thomas quand il s'attaque à son premier long métrage, The Vigil, film d'épouvante psychologique et ambiantique ou la terreur, plus diffuse que frontale, s'insinue lentement aux quatre coins de l'écran. Et par là même dans l'occiput troublé du spectateur.

On suit l'itinéraire d'un certain Yakov, quadragénaire fauché de Brooklyn, qui, contre de l'argent, accepte de veiller une nuit durant un cercueil où repose un membre récemment décédé de son ex communauté juive orthodoxe. Une pratique qui suit une ancienne tradition ancestrale consistant à veiller l'âme d'un mort avant ses funérailles pour que son âme ne soit pas gangrénée par le « dibbouk » esprit malveillant de la mythologie juive.

Avec son ambiance trouble, ses plans très serrés sur le personnage principal et sa noirceur anxyogène, ce huis clos étouffant va à l'encontre des films de possession et de fantôme habituels. Plus proche finalement d'un Paranormal Activity que de L'Exorciste.   Si The Vigil joue tout de même avec certains codes du genre (sons étranges, lumière qui grésille, présence invisible inquiétante), il baigne aussi dans un certain réalisme psychologique. Notamment à travers les questionnements existentiels du personnage principal qui, tout en doutant de sa foi, finit par ressentir la peur au même rythme que le spectateur.

Réalisé par

5.4 / 10
5.4 / 10

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Dave Davis

Signé Michael Winner (réalisateur des "Justicier dans la ville"), un bon film de terreur des années 70 ou un prêtre devient le gardien de la porte des enfers

Keith Thomas

Signé Robert Wise, le plus grand film d'épouvante des années 60 sur fond de maison hantée et de parapsychologie

JEEPERS CREEPERS 3