THEMROC VERSION RESTAURÉE

Bientôt disponible
Parce qu'on aime Michel Piccoli à la folie
Drame - 1973 - France - Tous publics
Parce qu'il surprend son patron dans une situation scabreuse avec sa secrétaire, Themroc est licencié sur-le-champ. Lui, qui se targuait d'être un employé modèle, refuse de subir cette injustice sans réagir. C'est à la société capitaliste tout entière que ce peintre en bâtiment décide alors de s'en prendre...

Réalisé par

6.2 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Patrick Fabre
Patrick Fabre
CHRONIQUEUR

Le passage du cinéma muet au parlant a révolutionné l’industrie du 7e art. Soudain, il ne suffisait plus d’écrire une histoire, il fallait aussi écrire des dialogues. En 1973, Claude Faraldo, pour Themroc, a choisi un autre moyen d’expression pour ses personnages : les grognements et autres onomatopées.

Themroc, c’est le nom du personnage principal, un ouvrier qui surprend un jour son patron en train de tromper sa femme avec une secrétaire ! Son chef tentant de le faire taire, il s'enfuit et part se barricader chez lui, retenant par la même occasion sa mère et sa soeur en otages. Themroc cède rapidement à la folie et la police va tenter d'intervenir...

Themroc est un film typique de la contestation des années 1970 avec un générique prestigieux puisqu’on retrouve dans le rôle-titre Michel Piccoli, mais aussi Patrick Dewaere, Coluche et Miou Miou, trois pensionnaires du Café de la gare cofondé par Romain Bouteille qui joue aussi dans le film de Claude Faraldo.

Tags

Le contexte

Michel Piccoli

Encore une autre critique de la société avec Michel Piccoli.

Claude Faraldo

Une autre critique de la société avec Michel Piccoli.

LES CHOSES DE LA VIE

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS