TOTAL RECALL

À partir de 2.99 €
Le Gouverneur de Californie ne parviendra jamais à faire oublier qu’il fut la vedette d’un des plus brillants films de SF des années 80. Merci Philip K. Dick l’auteur, merci Paul Verhoeven le réalisateur. Et en plus on y découvrait (ou presque) Sharon Stone.
Science-fiction - 1990 - Etats-Unis d'Amérique - 109 MIN - VM - HD - interdit aux moins de 12 ans
Terre 2048. Chaque nuit, Doug Quaid rêve qu’il est victime d’un accident mortel sur Mars, en compagnie d’une belle brune. Quant à défaut de se rendre sur Mars, il veut se faire greffer des souvenirs d’un séjour là-bas, il y a un problème. Ces faux souvenirs se télescopent avec des vrais...

Réalisé par

7.2 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Philippe Rouyer
Philippe Rouyer
CHRONIQUEUR

Total Recall, blockbuster de science-fiction qui ose aborder des sujets aussi sérieux que la schizophrénie et les rapports entre souvenirs et inconscient, marque la rencontre entre le réalisateur Paul Verhoeven et Arnold Schwarzenegger. A l’époque, Schwarzenegger, qui avait déjà triomphé dans le premier Terminator, voulait profiter de son image de star musclée pour interpréter des grosses productions ambitieuses. De son côté, Verhoeven, Hollandais émigré à Hollywood, devait encore prouver, après Robocop, qu’il pouvait s’adapter au rythme et à l’économie des grands studios américains. En même temps, Total Recall lui permettait de renouer avec des thèmes qui lui sont chers comme celui du héros confronté à un passé oublié ou la critique féroce de notre société de consommation.

Pourtant les deux hommes ne sont pas à l’origine du projet. Ce sont Ronald Shusett et Dan O’Bannon, avant qu’ils deviennent célèbres pour le scénario d’Alien, qui ont repéré la nouvelle de Philip K. Dick publiée en 1966 : We can remember it for You Wholesale, en français Souvenirs à vendre. Ils en vendent l’idée à Walt Disney, mais n’arrivent finalement pas à s’entendre avec les pontes de la firme et préfèrent continuer avec Dino De Laurentiis. Celui-ci travaille l’adaptation avec David Cronenberg qui finit à son tour par se retirer faute d’une entente sur le scénario. C’est ainsi que le réalisateur australien Bruce Beresford est engagé. Mais tandis qu’il s’apprête à le tourner avec Patrick Swayze, la banqueroute de Dino De Laurentiis bloque tout. Entre alors en scène Arnold Schwarzenegger qui a eu vent du projet et qui décide Carolco à en racheter les droits. Il faudra encore six mois de réécriture et de longs mois de fabrication avant que le film ne sorte au cinéma en 1990.

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Arnold Schwarzenegger

Paul Verhoeven

LAST ACTION HERO

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité

Pas si éloigné