TOTAL RECALL

À partir de 2.99 € | -50% avec le Pass Illimité (sous conditions)
Le Gouverneur de Californie ne parviendra jamais à faire oublier qu’il fut la vedette d’un des plus brillants films de SF des années 80. Merci Philip K. Dick l’auteur, merci Paul Verhoeven le réalisateur. Et en plus on y découvrait (ou presque) Sharon Stone.
Science-fiction - 1990 - Etats-Unis d'Amérique - 109 MIN - VM - HD - interdit aux moins de 12 ans
Terre 2048. Chaque nuit, Doug Quaid rêve qu’il est victime d’un accident mortel sur Mars, en compagnie d’une belle brune. Quant à défaut de se rendre sur Mars, il veut se faire greffer des souvenirs d’un séjour là-bas, il y a un problème. Ces faux souvenirs se télescopent avec des vrais...
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Philippe Rouyer
Philippe Rouyer
CHRONIQUEUR

Total Recall, blockbuster de science-fiction qui ose aborder des sujets aussi sérieux que la schizophrénie et les rapports entre souvenirs et inconscient, marque la rencontre entre le réalisateur Paul Verhoeven et Arnold Schwarzenegger. A l’époque, Schwarzenegger, qui avait déjà triomphé dans le premier Terminator, voulait profiter de son image de star musclée pour interpréter des grosses productions ambitieuses. De son côté, Verhoeven, Hollandais émigré à Hollywood, devait encore prouver, après Robocop, qu’il pouvait s’adapter au rythme et à l’économie des grands studios américains. En même temps, Total Recall lui permettait de renouer avec des thèmes qui lui sont chers comme celui du héros confronté à un passé oublié ou la critique féroce de notre société de consommation.

Pourtant les deux hommes ne sont pas à l’origine du projet. Ce sont Ronald Shusett et Dan O’Bannon, avant qu’ils deviennent célèbres pour le scénario d’Alien, qui ont repéré la nouvelle de Philip K. Dick publiée en 1966 : We can remember it for You Wholesale, en français Souvenirs à vendre. Ils en vendent l’idée à Walt Disney, mais n’arrivent finalement pas à s’entendre avec les pontes de la firme et préfèrent continuer avec Dino De Laurentiis. Celui-ci travaille l’adaptation avec David Cronenberg qui finit à son tour par se retirer faute d’une entente sur le scénario. C’est ainsi que le réalisateur australien Bruce Beresford est engagé. Mais tandis qu’il s’apprête à le tourner avec Patrick Swayze, la banqueroute de Dino De Laurentiis bloque tout. Entre alors en scène Arnold Schwarzenegger qui a eu vent du projet et qui décide Carolco à en racheter les droits. Il faudra encore six mois de réécriture et de longs mois de fabrication avant que le film ne sorte au cinéma en 1990.

Réalisé par

7.2 / 10

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Arnold Schwarzenegger

Paul Verhoeven

LAST ACTION HERO

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS