TROIE

À partir de 2.99 €
Pour pouvoir ressortir la blague stupide expliquant qu'on peut voir le film même si on n' a pas vu un et deux
Politique / Histoire - 2004 - Royaume-Uni|Etats-Unis d'Amérique - 156 MIN - VM - HD - Tous publics
En 1250 avant JC, alors qu’il est en pourparlers de paix, le jeune Troyen Paris séduit Hélène, la femme de Ménélas, roi de Sparte. Furieux, ce dernier charge son frère Agamemnon de ramener Hélène par tous les moyens. Une flotte de mille navires est affrétée pour transporter 50 000 soldats grecs vers Troie. Avec l’aide d’Achille, les Grecs se sentent proches de remporter la victoire sur les Troyens jusque là invaincus. Mais le prince troyen Hector leur oppose une résistance farouche.

Réalisé par

4.4 / 10
1MNavant
2MNaprès
Gérard Delorme
Gérard Delorme
CHRONIQUEUR
Wolfgang Petersen racontait que si l’Iliade n’avait jamais été portée à l’écran (A part Hélène de Troie de Robert Wise, et un peplum italien), c’est parce que le cinéma n’avait pas trouvé les capacités techniques de le faire. Grâce aux images de synthèse, Petersen a été le premier à représenter des flottes composées de centaines  de bateaux de guerre, ou l’affrontement de milliers d’hommes armés dans le désert. Il s’inscrit dans une tradition purement illustrative, à la différence des autres films de conquêtes sortis dans la foulée, comme Alexandre le film d’Oliver Stone ou Kingdom of heaven de Ridley Scott qui avaient des dimensions plus ouvertement politiques .

Ce qui n’empêche pas le scénariste David Beniof , auteur de La 25ème heure pour Spike Lee, d’avoir fait un très intéressant travail d’adaptation. Tout en restant fidèle à Homère, il se concentre sur les motivations humaines de la guerre, qui dépassent largement le prétexte de départ, c’est-à-dire la séduction d’Hélène, la femme du roi de Sparte, par le jeune Troyen Paris. La principale originalité, c’est de laisser  tomber systématiquement toute référence aux dieux ou à la nature divine de certains personnages.

Achille est l’un d’eux. Brad Pitt le joue avec modernité, c’est-à-dire en accentuant ses contradictions, en montrant ses côtés le plus sombres, ce qui est une façon d’exprimer l’humanité d’un héros que la légende décrivait comme invincible à part une faiblesse au talon. La palme revient quand même à Peter O’Toole dans le rôle du vieux roi Priam.

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Brad Pitt

Wolfgang Petersen

FIGHT CLUB

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité