Bande Annonce de TULLYDécouvrez la bande Annonce de TULLY sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/14260/fond/14260_w_500.jpg
Jason Reitman
Charlize TheronElaine TanMackenzie DavisMark DuplassRon LivingstonAsher Miles FallicaColeen WheelerEmily HaineGameela WrightLia FranklandMaddie Dixon-Poirier

TULLY

92 mn

Note de SensCritique :

6.6 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Jason Reitman.

Casting : Charlize Theron, Elaine Tan, Mackenzie Davis, Mark Duplass, Ron Livingston, Asher Miles Fallica, Coleen Wheeler, Emily Haine, Gameela Wright, Lia Frankland. Maddie Dixon-Poirier

Synopsis : Epuisée par ses deux enfants, Marlo, la quarantaine, s'apprête à devenir maman pour la troisième fois. Avec un mari obsédé par les jeux vidéo, cette mère au foyer n'a pas eu une nuit complète de sommeil depuis des années. Craig, son frère, lui propose de payer une nounou quand le bébé arrivera...

Scénario : Diablo Cody.
Musique : Rob Simonsen.
Pays : Etats-Unis d'Amérique
Tags : Drame, Mères américaines, Comédie dramatique, Mère / Maman.

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Marlo, la quarantaine, vient d'avoir un troisième lardon. Les nuits sans sommeil, les travaux ménagers, un mari le plus souvent ailleurs, des gamins qui ne lui laissent aucun répit, elle n’en peut plus. Pas besoin de la pousser beaucoup pour la précipiter dans les bras de cette dépression postnatale que l’on appelle le baby blues. Jusqu’à ce qu’elle accepte d’avoir recours à une nounou nocturne. Qui non seulement s’occupe du bébé mais se révèle devenir une amie indispensable…

Jason Reitman n’a pas écrit le scénario de Tully tout seul. Il a fait appel pour la troisième fois à une scénariste de talent, Diablo Cody. Or celle-ci venait de donner naissance à son troisième enfant, et elle avait fait appel à une nounou de nuit pour reprendre un peu son souffle. Autant dire qu’elle n’a pas eu besoin de lâcher la bride à une imagination délirante pour rendre compte de cet état de désarroi qui s’empare d’une femme dont l’horizon semble se figer pour longtemps.  

C’est la seconde fois que le réalisateur dirige Charlize Theron, après Young adult. Une Charlize Theron aux antipodes de l’image d’éclat véhiculée par la pub Dior. J’adore. Avec Tully, elle s’est au contraire appliquée à ressembler à une femme de la classe moyenne au corps et au cœur abîmés, une femme ordinaire que les films américains ne montrent pas si souvent. Gloire aux cinéastes qui de l’autre côté de l’Atlantique ignorent les superhéros pour mieux nous faire aimer ces "Gens comme les autres", pour reprendre le titre du premier film réalisé par Robert Redford, qui nous font battre le cœur et nous rendent généreux.

Dans les années 70 et 80, Ivan Reitman avait son public. Chantre d’un cinéma pas toujours exigeant, mais qui savait drainer le grand public, notre homme avait aligné quelques succès comme SOS fantômes, Un flic à la maternelle ou… Arrête de ramer t’es sur le sable. Tout un programme, on en conviendra. Puis il disparaît de nos écrans radars. Son fils, Jason est au contraire l’un de ceux dont on attend toujours beaucoup. Il faut dire que ses films, à l’opposé de ceux de son père sont des merveilles de retenue et de sensibilité, qui placent l’humain en première ligne. Il avait en 2008 rallié le public à sa cause avec Juno, l’histoire d’une ado qui attend un heureux événement. Ont suivi, entre autres, In the air, où George Clooney campe un ordonnateur des basses œuvres industrielles, spécialiste des licenciements collectifs, et Last Days of summer, où une ménagère en pince pour un détenu en cavale. Tous ces films ayant en commun de s’interroger sur la place de chacun dans une société qui ne fait pas de cadeau et de nous offrir une émotion qui n’est jamais forcée.

Tully est pour Jason Reitman comme un retour aux sources puisque Juno brossait le portrait d’une ado décidée envers et contre tous à garder son gamin. Ici la femme enceinte n’a plus vingt ans et sa grossesse… n’a pas vraiment été désirée. Son quotidien est plutôt grisâtre et notre héroïne a vite fait de goûter comme tant de femmes avant elle à une sorte de bovarysme tardif mettant en lumière les couleurs vives du monde environnant, qui lui reste extérieur. Le mot burn-out n’est jamais prononcé mais il est clair que les pesanteurs de la vie de famille sont lourdes. Le réalisateur ne donne jamais dans la caricature mais ne cherche pas non plus à sublimer la joie d’être mère, tant s’en faut. Reconnaissons en tous cas à Reitman le désir de parler de la gent féminine à l’écart des clichés. Après Young adult, qui ne traitait de rien d’autre que du refus de vieillir, ce Tully boucle d’une certaine manière la boucle.

C’est Charlize Theron qui incarne cette femme au bord de la crise de nerfs. Elle y est absolument épatante, engoncée dans un corps trop lourd, comme un animal marin échoué sur la plage de ses regrets. Il faut dire que la comédienne semble prendre un plaisir particulier à jouer avec les courbes de son corps et les traits de son visage, qui d’ordinaire provoquent fantasmes et sifflets d’admiration. On se souvient de Monster, où elle était méconnaissable, qui lui avait valu de recevoir un Oscar des plus mérités. Rebelote avec Tully, pour lequel elle a pris dix-huit kilos. Elle assume ses bourrelets, ses cernes avec bravoure. Mieux, elle semble s’en féliciter, comme pour prouver au monde qu’elle n’est pas seulement l’une des plus belles femmes du monde, ce qui est une évidence, mais aussi une comédienne qui sait se donner sans mesure. Pour ce qui nous concerne, c’est peu dire que nous sommes sous le charme.

Que c'est agréable d'enfin dire du bien de Jason Reitman sans remords ni regrets...

Jusqu'alors je ressentais toujours une certaine gêne au moment de noter les films de Jason Reitman pour une raison très simple : je savais que c'était du "petit cinéma", je n'aimais pas son côté moralisateur sans avoir l'air d'y toucher, et cerise sur le gâteau, j'avais ...

Lire la suite
7
takeshi29

Hier encore

Hier encore, j'avais vingt ans, je caressais le temps J'ai joué de la vie Comme on joue de l'amour et je vivais la nuit Sans compter sur mes jours qui fuyaient dans le temps Avoir vingt ans, c’est voir la vie de l’avant, en rose et sans bleus, un idéalisme qui te pousse ...

Lire la suite
7
blacktide

Détresse maternelle

Pendant que le générique de fin se met à défiler, on reste complètement figé dans notre fauteuil, comme sonné d'admiration devant le tunnel d'émotions par lequel nous a fait traverser les dernières minutes de "Tully". Encore bouche bée, on tente alors vainement de rationnaliser ...

Lire la suite
9
Red Arrow
 
le contexte
A voir également
Affiche du film Astro Boy

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film MAD MAX : FURY ROAD

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film MEN, WOMEN & CHILDREN
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film PREMIÈRE ANNÉE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film PREMIÈRE ANNÉE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film MADEMOISELLE DE JONCQUIÈRES

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film SHEHERAZADE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film MA FILLE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film BLOOD SIMPLE (VERSION RESTAURÉE)

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film BLACKKKLANSMAN - J AI INFILTRÉ LE KU KLUX KLAN

à partir de

4.99