UN ÉTÉ 42

À partir de 2.99 €
Drame - 1971 - Etats-Unis d'Amérique - 100 MIN - VF - Tous publics
Au cours de l'été 42, trois copains adolescent en vacances sur l'île de Nantucket sont obsédés par les filles. L'un d'eux, Hermie, plus taciturne que ses camarades, est fasciné par la belle et jeune épouse d'un soldat parti au front, qui attend des nouvelles de son mari. Une relation au dénouement imprévisible et inoubliable naît entre les deux âmes solitaires.

Réalisé par

7.3 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Olivier Père
Olivier Père
CHRONIQUEUR

Cette histoire amour impossible et fugace entre un garçon de quinze ans et la jeune épouse d’un soldat parti à la guerre a bouleversé de très nombreux spectateurs depuis sa sortie en 1971. Robert Mulligan réussit avec Un été 42 un modèle de chronique émouvante sur les émois sexuels et sentimentaux de l’adolescence, doublé d’une évocation d’une époque révolue et idéalisée par le narrateur. Le début du film insiste sur le côté comique des obsessions, de la maladresse et de l’ignorance des trois copains au sujet des choses du sexe et de l’amour. Plusieurs scènes comme la drague des filles au cinéma, ou l’achat embarrassé d’une boîte de préservatifs.

Le succès d’Un été 42 sera en effet à l’origine de toute une série de films abordant les mêmes thèmes avec plus ou moins d’élégance. Mais le film choisit d’adopter le point de vue d’Hermie, jeune homme rêveur qui malgré sa timidité sera initié par une très belle jeune femme, comme dans le roman « Le Diable au corps » de Raymond Radiguet adapté au cinéma par Claude Autant-Lara.

Tout dans le film, de la musique à la photographie, confère à créer une ambiance nostalgique et mélancolique. Les images douces et tamisées sont signées Robert Surtees, vétéran hollywoodien qui finira sa carrière avec des films rétro comme La Dernière Séance ou L’Arnaque. Un été 42 doit beaucoup à la musique romantique de Michel Legrand. Le compositeur français obtiendra l’Oscar de la meilleure musique de film pour une bande sonore qui deviendra vite encore plus célèbre que le film-lui même. Le rôle de Dorothy apportera à la belle Jennifer O’Neill une notoriété immédiate. Née à Rio de Janeiro de parents anglo-saxons, Jennifer O’Neill arrive à New York et devient mannequin à l’âge de quinze ans. Elle joue dans Rio Lobo, le dernier western d’Howard Hawks, aux côtés de John Wayne, puis dans Un été 42 l’année suivante. Malgré ce triomphe personnel, elle ne trouvera plus jamais de rôle à la hauteur de celui offert par le film de Mulligan. Sa carrière connaîtra plus de bas que de hauts, et sa vie privée, avec neuf mariages, sera plus mouvementée que sa filmographie. Elle s’exile en Italie dans les années 70 où elle tourne dans le dernier film de Luchino Visconti, L’Innocent, dans Gente di rispetto de Luigi Zampa et L’Emmurée vivante de Lucio Fulci. On la retrouve dans Scanners de David Cronenberg, avant qu’elle ne disparaisse des écrans de cinéma pour se reconvertir dans les séries et les téléfilms.

FILMOTV vous recommande

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Robert Mulligan

L'INNOCENT

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité