Une belle fille comme moi

Bientôt disponible
Trufaut s'essaie à une comédie grinçante, avec une distribution de choc, dominée par Bernadette Lafont qu'il avait révélée en 1957 dans LES MISTONS.
Comédie - 1972 - France - 100 MIN - Tous publics
Stanislas Prévine, jeune sociologue, rend visite en prison à Camille Bliss, condamnée pour meurtre. Il l'interroge pour sa thèse de doctorat consacrée aux femmes criminelles. Il tombe aussitôt son le charme de la condamnée, malgré les mises en garde d'Hélène, sa secrétaire, persuadée que Camille n'est pas une détraquée ou une victime de son milieu social, mais une garce tuant par préméditation. Stanislas en sera la prochaine victime, après être parvenu à la libérer en démontrant que le dernier meurtre dont on l'accusait n'était qu'un suicide.

Réalisé par

6.4 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Christophe Bier
Christophe Bier
CHRONIQUEUR

Après Les Deux Anglaises et le Continent, François Truffaut, en 1972, change radicalement de registre en tournant dans le Languedoc Roussillon une farce grinçante, Une belle fille comme moi. Après David Goodis et William Irish, il adapte un autre écrivain américain, Henry Farrell, auteur de Qu’est-il arrivé à Baby Jane ?  Tout commence par l’arrivée en prison d’un jeune sociologue venu interviewer Camille Bliss pour sa thèse de doctorat sur les femmes criminelles. Construit en flash-backs, le film remonte l’existence tragi-comique de Camille, opposant constamment son récit personnel aux images montrées.

Cette belle fille, fascinée par les publicités télévisés et l’argent, collectionne les victimes masculines : un garagiste brutal, un crooner minable, un avocat véreux, un dératiseur catholique et bientôt un sociologue  aveuglé par l’amour. Truffaut utilise le personnage de Camille pour tourner en dérision l’amour, considérant son film comme une continuation de la destruction du romantisme, entreprise dans son film précédent.

Après La Fiancée du pirate de Nelly Kaplan, brûlot anarchisant qui opposait Bernadette Lafont à l’hypocrisie de tout un village, l’égérie de la Nouvelle Vague retrouvait Truffaut, qui l’avait dirigée en 1957 dans Les Mistons, pour un autre personnage dévastateur, au tempérament de sauvageonne, animé par le sens de la survie si cher au cinéaste de L’Enfant sauvage et des 400 Coups.

Contexte

François Truffaut

LA FIANCEE DU PIRATE

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité

Disponible sur





Paiement sécurisé
Mode de paiement
Partenaires

Avec l'offre de films à télécharger FilmoTV, visionner vos films chez vous c'est tout de suite et en toute simplicité ! FilmoTV, une plateforme multi-supports : PC classique, application smartphones Android, OS iPhone et tablettes PC, service dédié au câble, télévisions sur Internet, choisissez votre support préféré ! Profitez de vos films comédies romantiques en abonnement VOD illimité ou de vos films d'aventures à visionner en téléchargement légal. Pour cela parcourez les pages mode d'emploi et comment s'abonner.