UNE FAMILLE à LOUER

Bientôt disponible
Le film parvient à concilier une vraie fantaisie et une délicatesse infinie
Comédie - 2015 - France - 96 MIN - Tous publics
Paul-André est un quadra névrosé, introverti et désespérement seul. mais il est très riche et habite une superbe demeure. L'idée lui vient d'acquérir une famille pour peupler sa solitude. Il fait la connaissance de Violette, une femme seule avec deux enfants qui doit continuellement se battre pour joindre les deux bouts. Il lui propose de lui racheter ses dettes. En échange elle devr...

Réalisé par

4.6 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Yves Alion
Yves Alion
CHRONIQUEUR

Certains films nous laissent circonspects quant au choix de leur titre. Une famille à louer propose à l’inverse un titre limpide, puisqu’il s’agit ici d’un milliardaire dépressif qui se met en tête pour égayer son morne quotidien de loger chez lui une femme dans le besoin et ses deux enfants. Un lien s’établit qui va peu à peu déboucher sur une histoire d’amour. C’est là qu’une éventuelle  comparaison avec Intouchable s’arrête, même si le personnage de Benoit Poelvoorde peut être vu comme un handicapé affectif.

Jean-Pierre Améris n’avait jusqu’ici signé qu’une seule comédie : Les Emotifs anonymes. Cette Famille à louer est donc un second pas dans la direction de ces films virevoltants qu’Hollywood avait baptisés screwball comedies, et dont les interprètes idéaux étaient Cary Grant et Katherine Hepburn.

Mais Améris introduit une dimension qui n’était pas souvent présente outre-Atlantique, le social. Car une bonne partie de l’enjeu du film est de faire cohabiter celui qui n’a aucun souci matériel, totalement déconnecté du monde réel, et celle qui trime pour trouver chaque jour une nouvelle solution pour nourrir ses enfants, une femme sur qui s’accumulent les humiliations.

Le contexte

Benoît Poelvoorde

Une cohabitation forcée entre une belle femme et un être peu séduisant débouche sur un amour inattendu.

Jean-Pierre Améris

Il est également signé Améris avec le même Benoit Poelvoorde dans un rôle tout aussi névrosé et attachant

LE TOUT NOUVEAU TESTAMENT

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS