Une fille nommée Lolly Madonna

Bientôt disponible
Parce qu'il est évident que Jeff Nichols, celui de Shot Gun Stories, a vu ce film
Drame - Etats-Unis - 105 MIN - interdit aux moins de 16 ans

« Nous regrettons de vous proposer le film de Richard C.Sarafian dans des conditions imparfaites, dans  un format qui n’est pas celui d’origine mais qui s’avère être le seul existant actuellement. A cause de sa rareté, nous avons néanmoins choisi de vous le présenter de façon insatisfaisante plutôt que pas du tout »
Dans les montagnes du Tennessee, deux familles voisines, les Feather et les Gutshall, se déchirent en raison d’une impitoyable et meurtrière querelle de voisinage. Un lopin de terre semble concentrer leur haine, alors que la turbulente jeune génération (cinq fils d’un côté, trois fils et une fille de l’autre) distille du whisky de contrebande et séquestre une inconnue...

Réalisé par

7.1 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Laurent Bourdon
Laurent Bourdon
CHRONIQUEUR

Réalisateur d’origine arménienne, né à New York en 1930, Richard C. Sarafian fut l’ami et même, quelques temps, le beau frère de Robert Altman qui lui permit de débuter à la télévision dès la fin des années 1950, mais avec lequel il se fâcha définitivement au milieu des années 1960. C’est avec Terror at Black Falls, un petit western qu’il produisit lui-même en 1962, que Sarafian fit ses débuts au cinéma et c’est avec Andy, l’histoire d’un attardé mental d’une quarantaine d’années, qu’il obtint une certaine reconnaissance ainsi que le mépris total et définitif d’Altman qui voulait, lui-même, tourner le film.

Après Point limite zéro, qui restera son film le plus célèbre, Sarafian revient au western en 1971 avec le très hustonien Convoi sauvage, mené par Richard Harris et John Huston, justement, puis, en 1973, avec Une fille nommée Lolly Madonna, un western contemporain – l’action se déroule en 1969 –, opposant deux familles de paysans du Tennessee déchirées par une impitoyable et meurtrière querelle de voisinage.

Dans le rôle des deux frustes patriarches, Sarafian fit appel à deux comédiens, déjà réunis à l’écran par John Farrow en 1956 dans les Echappés du néant : Robert Ryan (64 ans), grand méchant du cinéma américain qui devait disparaître cinq mois après la sorti du film, et Rod Steiger (48 ans), grande gueule, héros malgré lui de la révolution mexicaine dans Il était une fois la révolution que Sergio Leone venait de tourner un an plus tôt. Dans le rôle de son fils, vous reconnaitrez Jeff Bridges, 24 ans seulement et, pourtant, déjà nommé à l’Oscar pour son rôle de timide collégien texan dans la Dernière séance de Peter Bogdanovich.

Tags

Contexte

Personnages frustes et violents (un cadavre fini en saucisse), règlement de compte, proxénétisme et foire aux bestiaux... Bienvenue à Kansas City !

Richard C Sarafian

Souvent comparés aux Montaigu et aux Capulet de Shakespeare, les Feather et les Gutshall de Sarafian se déchirent aussi dramatiquement.

LES ECHAPPÉS DU NÉANT (1956)

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité

Disponible sur





Paiement sécurisé
Mode de paiement
Partenaires

Avec le service d'abonnement VOD FilmoTV, regarder les meilleurs films chez vous c'est tout de suite et en toute simplicité ! FilmoTV, un service multi-écrans : PC classique, application Google Android, système iPhone et tablettes, TV par câble, télévisions connectées, c'est ouvert ! Découvrez vos films d'heroic fantasy par abonnement vidéo à la demande à petit prix ou de vos films comédies romantiques à regarder en téléchargement légal. Pour cela rendez-vous sur nos espaces mode d'emploi et comment s'abonner.