UTOYA, 22 JUILLET

À partir de 4.99 €
Le réalisateur Erik Poppe ne sombre jamais dans le mélo ou le pathos : il filme simplement et terriblement l'effroi et la détresse des victimes du tueur...
Drame - 2018 - Norvège - 93 MIN - VO - HD - Tous publics
22 juillet 2011 sur une petite île de Norvège. Des dizaines de jeunes sont réunis pour participer à un camp estival... Dans l'ombre, un homme de 32 ans se préparer à perpétrer un effroyable massacre...

Réalisé par

6.8 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Stéphane Boudsocq
Stéphane Boudsocq
CHRONIQUEUR

Après le film qui va suivre, vous vous poserez sans doute la question suivante : le cinéma a-t-il pour rôle de recréer les horreurs générées par l’homme au cours de l’Histoire ?… Avant d’aborder cette thématique, un mot du contenu de cet « Utoya », réalisé par le norvégien Erik Poppe.

Par le biais de la fiction, il revient sur la pire tragédie terroriste jamais connue par le royaume nordique : le 22 juillet 2011, un homme déguisé en policier ouvre le feu sur les jeunes participants d’un camp estival organisé sur l’île d’Utoya. Bilan effroyable : 69 morts et 33 blessés. Anders Breivik sera arrêté et condamné à la perpétuité…

L’histoire que vous allez découvrir n’est pas un documentaire mais bien un film de cinéma, qui se focalise sur les victimes et leurs familles, à travers celles et ceux qui ont survécu… Attention, le style et rude, radical et brut, sans fioritures esthétiques ou paraboles inutiles, incarné par des comédiens sur le fil, remarquables de dignité...

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même réal

Pas si éloigné

Le contexte

Les rassemblements de jeunes sont une cible idéale pour les tueurs : qu'ils soient de fiction ou terriblement réels...

Erik Poppe

Erik Poppe comme Gus Van Sant n'expliquent pas mais montre l'horreur indicible et les dégâts d'une tuerie de masse, l'un sur une île, l'autre dans un campus...

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS