Bande Annonce de VALENTIN VALENTINDécouvrez la bande Annonce de VALENTIN VALENTIN sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/7134/fond/7134_w_500.jpg
Pascal Thomas
Marie GillainMarilou BerryVincent RottiersAgathe BonitzerAlexandra StewartArielle DombasleChristian MorinChristian VadilChristine CittiFélix MoatiFrançois MorelGeraldine ChaplinIsabelle CandelierKarolina ConchetLouis-Do de LencquesaingVictoria LafaurieBernard ChapuisIsabelle MigottoPaul Minthe

VALENTIN VALENTIN

102 mn

Note de SensCritique :

5 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Pascal Thomas.

Casting : Marie Gillain, Marilou Berry, Vincent Rottiers, Agathe Bonitzer, Alexandra Stewart, Arielle Dombasle, Christian Morin, Christian Vadil, Christine Citti, Félix Moati, François Morel, Geraldine Chaplin, Isabelle Candelier, Karolina Conchet, Louis-Do de Lencquesaing, Victoria Lafaurie, Bernard Chapuis, Isabelle Migotto. Paul Minthe

Synopsis : Dans ce "Fenêtre sur cour "qui se déroule dans un petit immeuble parisien, tout un monde hétéroclite gravite, s'aime, s'observe sans toujours se voir. C'est là que vit Valentin, jeune homme mélancolique, charmant, partagé entre sa maîtresse au tempérament insatiable, les trois jeunes filles du cinquième étage qui tournent autour de lui, une gardienne démonstrative et une belle Chinoise dont la présence dans la maison d'en face l'intrigue et le fait rêver. A quoi pense-t-il ? Que dissimule-t-il ? Que cherche-t-il ? Valentin invite tous ses voisins à sa pendaison de crémaillère, sans se douter qu'il déclenche ainsi une spirale de violences...

Scénario : Clémence de Biéville, François Caviglioli, Nathalie Lafaurie, Pascal Bonitzer, Pascal Thomas.
Musique : Reinhardt Wagner.
Pays : France
Tags : Policier / Suspense, Summer vodays, Séducteurs français, Suspens français, L'art de la séduction, Whodunit ???.

à partir de

9.99
voir ce film

Pour Valentin, Valentin, son dix-huitième long métrage, Pascal Thomas a choisi de faire cohabiter sa fantaisie habituelle et une touche plus singulière de gravité. Coécrit avec Clémence de Biéville, Nathalie Lafaurie, Pascal Bonitzer et François Caviglioli (disparu avant la sortie du film, qui lui est dédié), le scénario est en effet l’adaptation d’un roman policier de Ruth Rendell intitulé La Maison du lys tigré. D’entrée de jeu, un meurtre est commis. Qui a tué et pourquoi ? Ces deux questions récurrentes et inhérentes au genre, Pascal Thomas ne les oublie évidemment pas. Mais on peut compter sur ce cinéaste facétieux pour s’intéresser d’abord au petit monde qu’il se plaît à inventer.  

De fait, ce film au titre redoublé, multiplie à l’envi les personnages pas secondaires. Rien de mieux pour ce faire que de les regrouper dans un lieu unique et fédérateur. Dans le cas présent, c’est un immeuble d’une banlieue tranquille de l’Est parisien. Une banlieue sans histoire mais un immeuble à histoires, telle pourrait être la ligne de conduite de Pascal Thomas. Au centre du tableau, Valentin donc, jeune et charmant locataire et autour de lui gravitent trois jeunes et jolies voisines, une gardienne aux aguets et son mari équivoque, une mystérieuse asiatique, voisine d’en face, sans compter une sexagénaire alcoolique et une génitrice envahissante… entre autres !

Au total, pas moins de douze actrices et acteurs qui se partagent l’affiche, à parité ou presque. Un véritable film choral donc où se croisent Vincent Rottiers, Marie Gillain, Arielle Dombasle, Pascal et Agathe Bonitzer, François Morel ou bien encore Louis-Do de Lencquesaing et Alexandra Stewart. Depuis son premier film, Les Zozos, en 1971, on sait bien que Pascal Thomas raffole des acteurs et n’hésite pas à leur confier des partitions qui sont autant de réjouissants numéros.

Le lieu du crime, le lieu du film, c’est tout comme ou presque ! Pour Pascal Thomas, cela va manifestement de pair tant les lieux sont essentiels dans son cinéma. On se souvient ainsi de la maison familiale avec Jean Carmet à sa tête dans Pleure pas la bouche pleine, de l’île de Ré personnage presque principal de Les Maris, les femmes, les amants, des appartements de La Pagaille ou du Grand appartement précisément, sans oublier la ville de Nantes toute entière, lieu central de Mercredi folle journée. Très majoritairement provinciaux, les films de Pascal Thomas constituent une sorte de cartographie cinématographique.

Mais, Valentin, Valentin, comme l’a indiqué son auteur, est également un film sur l’amour ou plus précisément sur des formes d’amour. L’amour passionnel qui lie Valentin et sa maîtresse, l’amour maternel et égoïste, les amours interdites, l’amour interdit, l’amour endeuillé, l’amour sublimé, etc. Ainsi que le dit le cinéaste lui-même : « Le film semble traiter de ce que l’amour a d’impossible. »

Rompant en partie avec la légèreté et le rythme de la plupart de ses films précédents, Pascal Thomas se fait ici plus « mélancolique » selon sa propre expression. De fait, si ce n’est pas la première fois qu’il adapte un roman policier forcément porteur d’un univers qui possède ses parts d’ombre, les accents mélancoliques sont beaucoup plus rares dans sa filmographie. Comme si jusqu’à présent, ils les avaient tenues en lisière, craignant peut-être de se laisser envahir par eux. Ici, le personnage de Valentin, avec sa profonde fêlure personnelle, en est le porteur et l’incarnation, comme un double de cinéma du réalisateur. 

Un Valentin qui n'est pas sain...

Pascal Thomas poursuit depuis quelques décennies son petit bonhomme de chemin cinématographique qui semble sans concession aux modes et courants et avec un style qui lui est bien personnel. Il cultive chez le spectateur un capital sympathie dans ses belles réussites (« Les ...

Lire la suite
7
Fritz Langueur

La Galerie des blases

Tout d'abord j'apprécie beaucoup l'affiche du film. Cette affiche de personnages dessinés me rappelle celle d'un film de Woody Allen : "Melinda Melinda".  Il est marrant de noter que le titre des deux films est formé d'un prénom doublé. Valentin Valentin.  C'est l’histoire ...

Lire la suite
7
Nycticebus

Valentin Ô Valentin !

Petit gars aux lunettes rondes et à la cicatrice discrète sur la lèvre, tu as réussi à me faire craquer. Timide, tombeur de ces dames sans trop le vouloir et obsédé par Lys Tigré, tu arrives à porter ce film en faisant de chacune de tes apparitions un petit instant suspendu ...

Lire la suite
8
Chavia
le contexte
A voir également
Affiche du film PARS VITE ET REVIENS TARD

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LE DÎNER

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film ENSEMBLE, NOUS ALLONS VIVRE UNE TRES, TRES GRANDE HISTOIRE D AMOUR...

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film MORT D UN POURRI (VERSION RESTAURÉE)

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés