Bande Annonce de VAN GOGHDécouvrez la bande Annonce de VAN GOGH sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/5325/fond/5325_w_500.jpg
Maurice Pialat
Alexandra LondonBernard LecoqElsa ZylbersteinGérard SétyJacques DutroncChantal BarbaritCorinne BourdonFrédéric BonpartJacques VidalLeslie AzzoulaiClaudine DucretDidier BarbierMaurice Coussonneau Maurice Coussonneau

VAN GOGH

152 mn

Note de SensCritique :

7.2 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Maurice Pialat.

Casting : Alexandra London, Bernard Lecoq, Elsa Zylberstein, Gérard Séty, Jacques Dutronc, Chantal Barbarit, Corinne Bourdon, Frédéric Bonpart, Jacques Vidal, Leslie Azzoulai, Claudine Ducret, Didier Barbier. Maurice Coussonneau Maurice Coussonneau

Synopsis : Les derniers mois de la vie du peintre Vincent Van Gogh. Au sortir de l’hôpital de Saint-Rémy de Provence, il se rend à Auvers-sur-Oise, chez le docteur Gachet, un collectionneur qui admire ses toiles. Van Gogh fait le portrait de Marguerite, la fille de Gachet : l’adolescente n’aime pas la toile mais est fascinée par le peintre. Van Gogh, lui, va peindre dans la nature et retrouve ses amies prostituées, dont Cathy, son ancienne maitresse.

Scénario : Maurice Pialat.
Pays : France
Tags : Drame, Aventure / Action, Histoires vraies en costumes, Peintures et dessins, Chanteurs-acteurs français, Grands Maîtres et peintres du dimanche, Meilleurs films de l'histoire selon Télérama.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Pour Maurice Pialat, dont la première passion fut la peinture, le projet de Van Gogh remonte à loin. Mais, comme souvent chez le cinéaste, c’est une rencontre qui le fait redémarrer à la fin des années 1980, entre le metteur en scène et Daniel Auteuil. Le comédien veut travailler avec Pialat, et c’est sur l’idée d’un film consacré à Van Gogh qu’ils tombent d’accord. Finalement, Auteuil ne fera pas le film, mais Pialat si.

La production du film fut, reconstitution oblige, difficile à boucler. C’est néanmoins au cours d’un dîner avec l’un des multiples financiers du film, Martin Karmitz, que le réalisateur trouve finalement son angle, résumé par lui en ces termes : « c’est un type sur le quai de la gare. Il prend le train pour Auvers. Il a cent tableaux à peindre, trois mois à vivre. Il s’appelle Van Gogh et il n’en a rien à foutre. »

La grande idée derrière ces mots est de montrer le quotidien, et les derniers jours, d’un homme qui ne sait pas qu’il est Van Gogh, un peintre qui sera un jour célébré dans le monde entier. Pialat s’oppose ainsi aux autres biographies filmées hagiographiques, et parfois presque mythologiques, de l’artiste. Le film sera un succès critique, connaîtra un bel accueil public, mais sera un triomphe personnel pour Jacques Dutronc, qui remporte la seule récompense du film, le César du meilleur acteur.

Si Pialat a toujours apprécié Van Gogh, il n’a néanmoins jamais vraiment été le peintre préféré du cinéaste. Ce qui le fascine chez Van Gogh, c’est le décalage entre la vie de cet homme et cette grandeur posthume de l’artiste presque étouffante.

Pour le rôle-titre, après le départ de Daniel Auteuil et après plusieurs essais infructueux (avec, entre autres, Lambert Wilson), Pialat choisit donc finalement Dutronc, avec lequel il souhaitait en fait travailler depuis Loulou. L’acteur chanteur satisfait le réalisateur en ne se copiant pas l’apparence du célèbre peintre, contrairement à ce qu’avait commencé à faire Auteuil durant la préparation. Car le metteur en scène veut précisément éviter toute facilité, liée à la mythologie du grand peintre maudit. Cette volonté va impacter tous les aspects du tournage, dans un perfectionnisme souvent discret. Ainsi, Pialat veut un film à la fois moderne, car proche du présent et des spectateurs, mais sans anachronismes. Un effort considérable est donc nécessaire pour fournir un langage fidèle à l’époque, tout en ne choquant jamais les oreilles du public des années 1990.

Pour les images, le cinéaste veut là aussi éviter les chromos et hommages trop évidents aux plus célèbres peintures de Van Gogh, comme dans la version de Vincente Minnelli. Néanmoins, les couleurs du film et des décors sont travaillés avec un grand soin afin de correspondre aux travaux du peintre. Ce travail délicat, et la légendaire habitude de Pialat de virer une partie de ses équipes, aboutit à une sorte de valse de directeurs de la photographie. Le tournage est un donc un combat perpétuel entre l’ambition du réalisateur et un budget pas si conséquent que cela, qui poussera même l’équipe vers une sorte de deuxième mini tournage quelques mois après le bouclage, pour pouvoir finir le film.

Pialat sera déçu de l’accueil somme toute un peu mitigé de Van Gogh, qui ne récolte à Cannes aucune récompense. Il sera également un peu agacé par le succès personnel de Dutronc dans le rôle. Une déception qui va finir par accentuer un sentiment de rejet, ressenti par Pialat, de la part du monde du cinéma français.

« Une succession de moments de faiblesse ; mais au bout, quelle force ! »

Le dernier Pialat qui me restait à voir est celui qui, après la Palme de Sous le soleil de Satan, le voit poursuivre son ambition d’un cinéma de grande envergure. Reconstitution historique, grand sujet, la peinture, grand homme, Van Gogh, un film inédit par son ampleur, ...

Lire la suite
8
Sergent Pepper

Le projet de Pialat en filmant une nouvelle biographie de Van Gogh s'oppose a celui de Minnelli dans "La vie passionnée de Vincent van Gogh" : filmer le reel au sein d'une representation hyper-codifiee alors que Minnelli filmait la peinture au sein d'une biographie hyper-codifiee. ...

Lire la suite
8
Cinemaniaque

Puissance vitale

Le "Van Gogh" de Pialat est honni par les puristes, sans doute parce qu'il se refuse à toute opposition romantique entre l'Art et la vie (façon Minnelli), et qu'il choisit de ne montrer que la vie (et donc la mort). Pire, l'oeuvre de Van Gogh n'est pas exaltée (les tableaux ...

Lire la suite
9
Eric Pokespagne
le contexte
A voir également
Affiche du film PÉDALE DURE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA FABRIQUE DES SENTIMENTS

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film POLICE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film BLACK
Inclus danspassillimite
 
En image
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés