VIVRE (VERSION RESTAURÉE)

À partir de 2.99 €
L'oeuvre de Kurosawa se visite comme un musée et reste à chaque tableau une source d'émerveillement.
Drame - 1986 - Japon - 143 MIN - VO - HD - Tous publics
Kenji Watanabe est fonctionnaire des affaires public à Tokyo. Atteint d'une grave maladie incurable, il décide durant les derniers mois de son existence de son consacrer à l'achèvement d'un projet trop longtemps repoussé : transformer un des pires endroits de la capitale japonaise en jardin d'enfants...

Réalisé par

8 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Stéphane Boudsocq
Stéphane Boudsocq
CHRONIQUEUR

Oh toi, téléspectateur insouciant, qui pense sans doute assister dans quelques minutes à une jolie bluette sur l’espérance en l’existence. Oui toi, quidam d’humeur badine, te disant peut-être : « tiens, je vais me faire un bon p’tit Kurosawa » comme d’autres se disent, « Et si je revoyais les meilleurs moments de la saison 10 de l’Amour est dans le pré » ? Bref, toi qui pourrais te trouver dans cet état d’esprit, écoute bien ce qui suit !

« Vivre », contrairement à ce que son titre pourrait laisser penser, n’a rien d’une aimable étude sur l’espoir et les lendemains qui chantent. Ce film de 1952 est un des plus sombres jamais tournés par Akira Kurosawa. L’histoire ? Celle de Watanabe, ingénieur japonais, atteint d’un cancer incurable (ah ben je vous avais prévenus hein !) qui décide de consacrer les derniers moments de son existence à la réalisation d’un projet trop longtemps repoussé : assainir un terrain vague sordide pour en faire un jardin destiné aux enfants… Voilà !

Encore une chose : « Vivre » est une merveille…

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Kurosawa comme Ozu jettent un regard nostalgique mais jamais complaisant sur le Tokyo des années 50.

Akira Kurosawa

Se savoir condamné, c'est aussi décider d'accomplir des objectifs jusqu'ici inatteignables. Un sacrifice ultime qui peut sauver une âme...

LE DUEL SILENCIEUX

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS