VOUS N'AUREZ PAS L'ALSACE ET LA LORRAINE

1977
89 mn
Ce film n’est plus disponible

1977
89 mn
Pour la seule fois, Coluche était aussi derrière la caméra (le public ne suivit pas)
Tout à ses assiettes, le roi Gros Pif, ne voyant pas qu'une conspiration se trame dans son dos, finit par se retrouver en prison. La reine, le bouffon et le cardinal ont eu raison de sa tyrannie. Mais le Chevalier blanc réussit à le sortir de ce mauvais pas. Libéré, le monarque décide de se venger...
Ce film n’est plus disponible
Comédie
France
Tous publics

1 min avant
2 min après
Les avis sens critique
Les + de filmo

Dans la France du XVIIIe siècle, avant la Révolution, les mousquetaires collectent les impôts qui accablent les campagnes, pillant les paysans au profit du roi. Lequel se bâfre tous les jours dans son château, au cours de repas gargantuesques. Il est un adepte du rire gras et des flatulences et adore les jeux idiots. Il a le bout du nez congestionné, qui lui vaut le surnom de Gros Pif. Parmi sa cour, les ducs excédés par ses frasques ne songent qu’à le supprimer et s’emparer du pouvoir.

Venu défendre la cause des paysans, le Chevalier Blanc, séducteur chantant et maladroit, contrecarre les plans des conspirateurs et aide le roi à s’enfuir. Gros Pif parviendra-t-il à regagner son trône et la confiance du peuple ? Pourquoi son cousin, le roi des Flandres, décide-t-il d’envahir l’Alsace et la Lorraine ? Quant au Chevalier Blanc, amoureux de la cousine Lucienne qui était destinée à Gros Pif, obtiendra-t-il sa main ?

Nous sommes en pleines aventures de cape et d’épée parodiques. Le maître d’œuvres, devant mais aussi derrière la caméra et à l’écriture, est Coluche, parfait en roi paillard et stupide. En 1977, grâce à ses one-man-shows au music-hall et à ses sketches à la télévision, il devenait une vedette populaire. L’année précédente, il avait participé à son premier gros budget au cinéma, donnant la réplique à Louis de Funès dans L’Aile ou la cuisse. Avec Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine, il est pour la première fois l’unique vedette. Pour les seconds rôles, il embauche la quasi-totalité des jeunes comédiens du Splendid. Ils n’ont pas encore tourné Les Bronzés.

 
Dans le même genre vous pouvez trouver LE BON ROI DAGOBERT (Coluche de nouveau en roi paillard, dirigé par Dino Risi.) ou encore LES 4 CHARLOTS MOUSQUETAIRES (En 1974, André Hunebelle avait déjà eu l'idée de convoquer les Charlots pour une parodie de film de cape et d'épée.).