WALL STREET : L'ARGENT NE DORT JAMAIS

Parce que Javier Bardem devait tenir le rôle finalement confié à Josh Brolin
Drame - 2010 - Etats-Unis d'Amérique - 128 MIN - VM - Tous publics
En 2008, Wall Street est secoué par la crise des «subprimes», qui ébranle rapidement l'économie mondiale. Un jeune trader apprend que, dans la tourmente, son mentor s'est suicidé à la suite d'obscures malversations. Voulant le venger, il fait appel à Gordon Gekko, qui vient de sortir de prison...

Réalisé par

5.4 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Gérard Delorme
Gérard Delorme
CHRONIQUEUR

La crise économique de 2008 a inspiré à Oliver Stone de réaliser une suite à son film Wall street, sorti 23 ans plus tôt, et dans lequel il dénonçait un système économique déréglé et intégralement fondé sur la rapacité. Depuis, rien n’a changé, et Stone reproduit des situations similaires avec des personnages différents, mais toujours avec Gordon Gekko. 

De retour après 8 ans passés en prison, le financier n’a pas renoncé à s’enrichir en spéculant. Cette fois, il est approché par un jeune courtier joué par Shia LaBeouf, qui cherche des conseils auprès de l’ancien trader pour se venger du banquier qui a détruit sa compagnie, et aussi parce que Gekko est le père de sa petite amie.

Alors que cette suite est un efficace divertissement qui traite de l’ambition et des difficultés amoureuses tout en pointant les excès du système financier, Stone ne peut pas s’empêcher de manifester une certaine fascination pour le pouvoir de l’argent et tous ses signes extérieurs, comme les bureaux rutilants, les voyages en hélicoptère, et les appartements dans des gratte-ciels de luxe.

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Richard Stratton

Parce que la critique hollywoodienne s’affirme alors au début des années 2000 et devient encore plus virulente avec le premier film de JC Chandor.

Oliver Stone

Parce que les deux films, celui de Stone et celui de Boyle, constituent des suites tardives, soulignant l’inadaptation qui marque les personnages dans un nouveau contexte.

STREET TIME

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS