Bande Annonce de WHATEVER WORKSDécouvrez la bande Annonce de WHATEVER WORKS sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/1438/fond/1438_w_500.jpg
Woody Allen
Evan Rachel WoodLarry DavidEd Begley Jr.Henry CavillPatricia Clarkson

WHATEVER WORKS

51 mn

Note de SensCritique :

6.7 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Woody Allen.

Casting : Evan Rachel Wood, Larry David, Ed Begley Jr., Henry Cavill. Patricia Clarkson

Synopsis : Boris Yellnikoff, génie des sciences physiques, divorcé et misanthrope solitaire, fait un jour la rencontre avec une jeune et jolie fugueuse, Melody, qui s'installe sans tarder chez lui. Cette improbable rencontre se transforme en un mariage d'amour jusqu'au jour où la mère de Melody qui vient de quitter son mari infidèle, débarque à l'improviste et découvre son gendre...

Scénario : Woody Allen.
Pays : Etats-Unis d'Amérique
Tags : Comédie, Dans les villes, Chocs de générations, Crise de la quarantaine (plus ou moins), L'amour.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Scoop ! Avec « Whatever Works », Woody Allen, au moins le temps d’un nouveau film, est redevenu le chantre de Manhattan qu’il a si souvent été. Ses récentes incursions européennes, à Paris, Londres et Barcelone, avaient pu faire croire que c’en était fini de la célèbre île new-yorkaise.
Pour autant, Woody ne revient pas lui-même sur le devant de sa scène préférée. Il laisse à l’acteur Larry David le soin d’être son parfait double de cinéma. Il s’agit en l’occurrence d’incarner Boris Yelinikoff, un presque Prix Nobel de Physique qui vit tranquillement sa vie de vieux garçon obsessionnel jusqu’à l’arrivée pour le moins perturbante d’une jeune fugueuse qui a les traits d’Evan Rachel Wood, véritable petite sœur de cinéma de Scarlett Johansson, la muse précédente. La ravissante idiote n’a pas froid aux yeux et prend pour cible de son désir le vieux bougon-Pygmalion.
Cerise sur le gâteau de cette improbable rencontre, elle vient du Sud, il est du Nord. Une telle love story peut-elle résister au temps ? On sait que cette question trouve dans la vie privée du cinéaste quelques résonances particulières. Larry David est d’ailleurs un Woody Allen très convaincant quand, dès les premières images du film, il semble s’adresser directement aux spectateurs. Même voix ou presque, et surtout mêmes intonations, mêmes accélérations et mêmes hésitations. Woody n’est plus à l’écran, mais il est plus que jamais présent nous parlant de lui-même à travers un clone plus que parfait.

« Whatever Works » sonne donc le grand retour de Woody Allen dans les comédies dont il était le spécialiste inspiré, ses comédies new-yorkaises farfelues, bavardes et débridées des années 80 et 90. Celles qui ont fait son succès et singulièrement son succès européen. On retrouve de fait des figures connues, véritables héroïnes et héros de la comédie humaine selon Woody, qu’il s’agisse de l’intellectuel juif nihiliste et blasé mais sexuellement en crise, de la bimbo pas si bête que ça, de la mère abusive devenue artiste branchée ou bien encore du jeune premier un peu benêt.
Un vrai petit théâtre ambulant en quelque sorte et que Woody Allen revendique comme tel, plus encore qu’à son habitude peut-être. En effet, son personnage principal, Larry, passe son temps à vouloir convaincre les autres personnages qu’ils jouent dans un film regardé par des spectateurs à qui il ne cesse également de s’adresser, histoire décidément de ne pas être dupe ! On sait le cinéaste friand de cette figure du personnage qui traverse l’écran, mais ici toute convention semble disparaître au profit d’une vérité évidente : tout ça, c’est bien du cinéma. Autrement dit, Woody tombe les masques, gambade en liberté dans ce territoire qui n’appartient qu’à lui et cherche à se débarrasser de l’artifice pour atteindre sa vérité. Il ne revient pas seulement au pays, il revient dans son pays après des incursions européennes réussies mais dans d’autres registres. Et en s’adressant à nous ses spectateurs, il semble dire : je suis resté le même et je me montre à vous tel que je suis et tel que j’ai la faiblesse de croire que vous m’aimez. Si le roi est nu, c’est pour notre plus grand plaisir !

 

 

Du moment que ça marche !

De la comédie pure à la Woody Allen et des dialogues incisifs au cynisme jubilatoire: les angoisses existentielles d'un septuagénaire génial, mais bourré de défauts, tiens tiens, ça nous rappelle quelqu'un bien sûr, car Boris Yelnikoff / Larry David est le clone parfait ...

Lire la suite
7
Aurea

Boris, Larry, Woody et son haleine

Je n'ai jamais eu vraiment le temps de me faire un avis sur le cinéma de Woody, j'ai détesté instantanément, un blocage dû essentiellement à son physique ingrat. Et à sa mauvaise haleine. Notre première rencontre remonte à une époque où il fallait que j'aie un personnage, ...

Lire la suite
9
DjeeVanCleef

Il s'appelle Boris et c'est un vieux con. Dans la fabuleuse constellation des portraits alleniens luit un sommet de névrose divinement savoureux. J'ai nommé cette teigne de Boris Yellnikoff. La langue bien pendue, l'arrogance désabusée, Boris Yellnikoff traîne sa paranoïa ...

Lire la suite
9
MrsChanita
A voir également
Affiche du film CHARLIE COUNTRYMAN

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film VOUS ALLEZ RENCONTRER UN BEL ET SOMBRE INCONNU

à partir de

7.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film THE PLACE BEYOND THE PINES

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA NUIT NOUS APPARTIENT

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés