Bande Annonce de WITNESS : TÉMOIN SOUS SURVEILLANCEDécouvrez la bande Annonce de WITNESS : TÉMOIN SOUS SURVEILLANCE sur FilmoTVhttp://
Peter Weir
Harrison FordJan RubesJosef SommerKelly McgillisLukas HaasPatti LuponeViggo MortensenAlexander GodunovBeverly MayBrent JenningsDanny GloverFrederick Rolf

WITNESS : TÉMOIN SOUS SURVEILLANCE

108 mn

Note de SensCritique :

6.7 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Peter Weir.

Casting : Harrison Ford, Jan Rubes, Josef Sommer, Kelly Mcgillis, Lukas Haas, Patti Lupone, Viggo Mortensen, Alexander Godunov, Beverly May, Brent Jennings, Danny Glover. Frederick Rolf

Synopsis : Rachel, une Amish de Pennsylvanie, vient de perdre son mari. La jeune veuve décide de rendre visite à sa soeur à Baltimore. Flanquée de son fils Samuel, elle s'aventure dans un monde tout nouveau pour le garçonnet. En gare de Philadelphie, l'enfant est par hasard témoin d'un meurtre dans les toilettes...

Scénario : Bill Berg, Nick George, Pamela Wallace, William Kelley.
Musique : Maurice Jarre.
Pays : Etats-Unis d'Amérique
Tags : Policier / Suspense, PLUS D'ACTION, Film des années 1980, Thriller conspirationniste, Thriller, SensCritique - Best of films à la campagne.

Inclus danspassillimite
voir ce film

Pour ceux qui ne tutoient pas la langue de Shakespeare et de Tarantino, Witness veut dire Témoin. Et c’est bien parce qu’un gamin de huit ans est témoin d’un meurtre que nous sommes entraînés dans ce thriller américain des années 80, devenu depuis belle lurette un classique du genre. L’originalité du film tient d’abord dans le milieu auquel appartient l’enfant, puisqu’il fait partie de la communauté Amish.

A l’instar des Mennonites ou encore des Huttérites, les Amish sont des Chrétiens anabaptistes, donc partisans d’un baptême désiré par celui qui le reçoit, des religieux vivant comme au XVIIIe siècle et refusant tout progrès matériel pour mieux rester proche de Dieu, et qui veillent à se mêler le moins possible au reste de la population. C’est au sein d’une communauté Amish de Pennsylvanie que se déroule l’essentiel du film, mêlant le thriller, la comédie romantique et une approche plus sociologique, nous donnant à voir comment cette communauté non-violente réussit à se maintenir hors du monde, sans voiture, sans téléphone, sans musique.

Les films mettant en scène des enfants pourchassés par des tueurs sont le plus souvent de formidables machines à suspense, et celui-ci ne fait pas exception à la règle. Sans être aussi onirique que l’indépassable Nuit du chasseur, de Charles Laughton, Witness évoque un film moins connu mais qui mérite d’être vu et revu, un film urbain celui-là, qui a pour titre Une incroyable histoire. Incroyable, Witness l’a sans doute été lui aussi pour les responsables des studios, rétifs à produire un polar rural auquel ils ne croyaient pas. C’est la Paramount qui in extremis a sauvé le bébé, dont il aurait été bien dommage qu’il ne voie pas le jour.

Les Amish n’ont pas attendu Witness pour apparaître dans un film. Lors de la réalisation du film de Peter Weir, Jesus son, qui raconte la rédemption d’un jeune paumé renouant avec la foi ou La Lumière silencieuse, le très glaçant film de Carlos Reygadas situé dans le Nord du Mexique n’étaient pas encore sortis des limbes. En revanche, les Amish avaient déjà eu les honneurs du 7e Art dans La Ferme de la terreur, un huis clos angoissant signé par un maître du cinéma horrifique, Wes Craven. Celui-ci avait eu le bon goût de confier un rôle secondaire à Ernest Borgnine. Il se souvenait sans doute que le comédien avait été un fermier Amish des plus convaincants dans un polar de Richard Fleischer, Les Inconnus dans la ville. Qui mettait lui aussi en lumière les contradictions d’une communauté hostile à tout geste de violence quand aucune autre alternative ne s’offre à elle…

Mais au-delà du polar et des conséquences que provoquent le mode de vie particulier des Amish, est passionnante la façon dont le cinéma regarde cette communauté que d’aucuns ne se privent pas de qualifier de secte. Il n’est évidemment pas difficile de décrire le fonctionnement autarcique de ces fous de Dieu comme réactionnaires, au sens premier du terme, contraignant pour les enfants, particulièrement nombreux en l’occurrence, qu’on invite à suivre les pas de leurs aînés en faisant mine de ne pas remarquer que le monde avait changé.  Si Witness ne détourne pas le regard sur les troublantes particularités du groupe qu’il décrit, le film n’en est pas moins bienveillant, opposant l’altruisme et l’esprit champêtre des uns à la folie meurtrière des autres. Peter Weir, le réalisateur, ne cherchant pas à signer un thriller pur et dur, il s’autorise d’ailleurs quelques moments de respiration des plus bucoliques, parfois romantiques même, qui montrent bien où va sa sympathie. Pour autant, le film a placé les Amish sous les feux des projecteurs, provoquant un afflux de curieux qui n’étaient pas vraiment les bienvenus.

Witness est le premier film américain de Peter Weir. C’est un film de commande, que ce cinéaste venu d’Australie a réalisé à défaut de pouvoir mener à bien un projet qui lui était cher, celui de Mosquito Coast, qu’il mènera à son terme un peu plus tard. Mais même si Weir n’en est pas à l’origine, le film s’inscrit parfaitement dans son univers. En recentrant le scénario davantage sur la communauté Amish qu’il ne l’était au départ, il a une nouvelle fois montré sa fascination pour la confrontation des cultures. Comme il l’avait fait dans La Dernière Vague, mettant en présence des Aborigènes aux croyances ancestrales et des Blancs matérialistes, ou dans Gallipoli, qui retraçaient les riches heures du contingent australien en Turquie pendant la Première guerre mondiale. En attendant de triompher avec Le Cercle des poètes disparus, où s’opposaient la tradition la plus sclérosante et une façon plus sensuelle d’envisager le monde.

La guerre des mondes.

La guerre des mondes... ...ou la rencontre violente entre deux mondes, que tout oppose. Un enfant est témoin d'un meurtre crapuleux. Il représente à la fois l'oeil innocent d'un assassinat sordide, mais aussi le voyeur angélique et naïf d'un acte criminel relevant du monde ...

Lire la suite
7
Errol 'Gardner

Un choc de civilisations

Ce polar atypique prônant la non-violence et le bien a beaucoup fait pour Harrison Ford qui cherchait à se recycler après la trilogie Star Wars ; pas facile pour lui de sortir de la peau de Han Solo, mais il est très convaincant dans ce film qui a le mérite de faire découvrir ...

Lire la suite
8
Ugly

L'Amish dépeint

Harrison Ford et les 80's, tout un programme... Alors qu'il vient d'enquiller en cinq ans deux Star Wars, deux Indiana Jones et Blade Runner, le bonhomme est au sommet de sa gloire et de sa mâle beauté. A l'époque particulièrement à l'affût de projets originaux entre deux ...

Lire la suite
7
Torpenn
le contexte
A voir également
Affiche du film LE CHAPERON ROUGE

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film LE BERCEAU
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film TROIE

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film PERCY JACKSON : LE VOLEUR DE FOUDRE
Inclus danspassillimite
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film RAMPAGE - HORS DE CONTRÔLE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film A BEAUTIFUL DAY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film MONSIEUR JE SAIS TOUT

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film ACTION OU VÉRITÉ

à partir de

4.99
 
Affiche du film COMME DES ROIS

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LINE OF FIRE

à partir de

6.99