Bande Annonce de WOODSTOCKDécouvrez la bande Annonce de WOODSTOCK sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/556/fond/556_w_500.jpg
Michael Wadleigh
Crosby, Stills Et NashJoan BaezJoe CockerRitchie HavensSha-Na-NaThe Who

WOODSTOCK

215 mn

Note de SensCritique :

7.8 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Michael Wadleigh, Thelma Shoomaker, Martin Scorses.

Casting : Crosby, Stills Et Nash, Joan Baez, Joe Cocker, Ritchie Havens, Sha-Na-Na. The Who

Synopsis : Tourné du 15 au 18 août 1969 durant le festival proprement dit, le film est à la fois une captation des prestations musicales et un documentaire sur l'événement musical et médiatique, la musique de l'époque et plus encore un témoignage sur le mouvement constestataire de la jeunesse américaine à la fin des années 60.

Scénario : Michael Wadleigh.
Pays : Etats-Unis d'Amérique
Tags : Documentaire, Comédie.

Film pas encore disponible

« Trois jours de paix, de musique et d’amour » proclamait l’affiche originale. « Woodstock », ce documentaire réalisé en 1970 par Michael Wadleigh n’est pas un documentaire tout à fait comme les autres. Non seulement, il s’est intéressé à un événement musical de renommée mondiale mais il remporta l’Oscar du meilleur documentaire cette même année et fut présenté au Festival de Cannes hors compétition. Le film a été tourné du 15 au 18 août 1969 durant le festival de Woodstock proprement dit. Mais, il ne s’agit pas d’une banale captation musicale. Conscient de la portée de l’événement et de son inscription dans son époque pour le moins mouvementée, le cinéaste s’intéresse également à la préparation du concert, ses conséquences et sa nature contestataire. Il y aura un avant et un après Woodstock et c’est précisément ce qui est ici montré en plus des incroyables moments musicaux du concert. 

Assisté sur le tournage par la monteuse Thelma Schoonmaker et son complice Martin Scorsese, Michael Wadleigh, directeur de la photographie dont c’est ici la première réalisation, utilisa pas moins de 200 kilomètres de pellicule durant ces trois jours de joyeuse folie collective correspondant à plus de 5 jours de projection. Le tout afin de filmer un casting musical de rêve de 32 musiciens et groupes au sein duquel on peut citer notamment Crosby, Stills and Nash, Joan Baez, The Who, Joe Cocker, Santana, Jimi Hendrix et Janis Joplin. Présents sur scène, Ravi Shankar, Grateful Dead et Neil Young ne figurent pas dans le film pour des raisons de droits artistiques. 

Mais le spectacle est aussi non dans la salle mais sur l’herbe du terrain envahi par les 400 000 spectateurs. Venus de partout, ils forment une foule bigarrée où se mêlent cheveux longs et tenues excentriques, un véritable concentré de contre-culture américaine. Durant trois jours, ils vivent avec cette liberté totale qu’ils revendiquent haut et fort. Ils chantent, dansent, fument, se dénudent, font l’amour, dorment tout au long de ces heures au rythme des musiques et de ce qui se passe sur scène. Et c’est peut-être un gamin qui d’une formule aussi lumineuse que désabusée résume le mieux leur état d’esprit : « On est tous venus chercher une réponse ici, mais y en a pas… ». En route pour Woodstock…

Rock et cinéma, c’est une longue histoire dont le documentaire sur Woodstock constitue assurément l’un des points forts. Au moins deux autres grands concerts de ce genre ont d’ailleurs fait l’objet de films durant ces mêmes années 60 /70. Il s’agit de « Monterey Pop » de Don Allan Pennebaker en 1968 et de « Wattstax » de Mel Stuart en 1973. A ces captations documentaires, on peut ajouter notamment « Don’t Look Back » encore de D.A Pennebaker en 1965 sur la tournée de Bob Dylan en Angleterre en 1967 et ses relations houleuses avec la presse ou bien encore les shows théatralisés de Bowie en 1973 avec « Ziggie Stardust » de Don Allan Pennebaker , toujours lui ! 

Grâce à ces films on conserve de précieux témoignages sur toutes les composantes de la société rock des années 60 et 70. On y voit évoluer au quotidien les entourages des artistes  depuis les organisateurs des festivals jusqu’aux videurs et autres maquilleuses en passant par les ingénieurs du son. On y découvre les lieux du rock, aussi bien un champs boueux comme à Woodstock que des théâtres victoriens pour Bowie et plus généralement des salles de répétition et d’enregistrements ainsi que les coulisses. Sans oublier les multiples objets qui, tels les camions des tournées, les éclairages et les murs d’amplificateurs, font partie intégrante de ces captations. 

Mais, à Woodstock comme ailleurs, on est frappé par l’importance accordée au public dans tous ces films. Les spectateurs sont sans cesse présents à l’image, montrés avant, après et pendant les concerts, questionnés et décrits avec minutie. Rien n’échappe aux caméras des cinéastes qui détaillent vêtements, coiffures, attitudes, voitures et campements avec gourmandise et jubilation. La façon dont ces foules s’approprient ainsi des espaces provisoires est au centre de ces films, de même que les réactions du public durant les concerts font l’objet d’un traitement permanent. Loin de se concentrer sur la seule scène, la caméra se tourne régulièrement vers la salle qui devient alors un personnage à part entière.

Le champ des possibles

15 Août 1969. Au loin le fracas assourdissant de milliers de semelles frappant le sol. Un nuage de poussière s'élève au fond de la plaine, roule, se déforme et devient menaçant. C'est l'avancée inexorable d'une partie du monde, un monde débraillé, chevelu. Un bout d'humanité ...

Lire la suite
8
Ze Big Nowhere

"We must be in Heaven, man!"

Woodstock selon son organisateur Michael Lang, c'était 3 jours de folie au cœur de l'été 1969. Devant l'ampleur du succès et le raz-de-marée humain qui s'annonçait, l'événement devint gratuit dès le premier jour et s'allongea d'une journée pour étancher la soif infinie ...

Lire la suite
8
Morrinson

I have a dream

J’ai fait un rêve bizarre il y a quelque mois et ce rêve concernait Woodstock. Dans ce rêve il y avait une grande table. Une table en chaîne massif, imposante, ovale, sans une rayure avec une vingtaine d’imposants fauteuils autour, un petit Niki de Saint Phalle posé au ...

Lire la suite
9
Vincent_Ruozzi
le contexte
A voir également
Affiche du film I M NOT THERE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
En image
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés