WULU

À partir de 10.99 €
Drame - 2017 - France|Mali|Sénégal - 92 MIN - VO - HD - Tous publics

À 20 ans, Ladji travaille comme apprenti-chauffeur de minibus dans les rues de Bamako. Empêché, pour cause de népotisme, de devenir chauffeur, comme il le souhaitait, il va, pour aider sa sœur Aminata, intégrer le monde violent des trafiquants de drogue. Entre le Sénégal et la Guinée, avec deux complices, son métier est, à présent, de conduire des camions, bourrés de cannabis à l’aller et de cocaïne au retour.

Réalisé par

6.1 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Laurent Bourdon
Laurent Bourdon
CHRONIQUEUR

Premier long métrage de Daouda Coulibaly, Marseillais d’origine malienne d’une trentaine d’années, Wùlu est sorti en France, relativement discrètement, dans une trentaine de salles, à la mi-juin 2017, après avoir fait la tournée des festivals, d’Angoulême à Seattle, de Toronto à Beaune, de Londres à Hambourg, et j’en passe.

Empêché, pour cause de népotisme, de devenir chauffeur de minibus à Bamako comme il le souhaitait, le jeune Ladji va, petit à petit et pour aider sa sœur Aminata, intégrer le monde violent des trafiquants de drogue. Résigné, entre  Sénégal et Guinée, il conduira des camions, bourrés de cannabis à l’aller, de cocaïne au retour.

En bambara, l’une des langues officielles du Mali, le mot « wùlu », qui donne son titre au film, signifie « le chien ». Si, particulièrement ingrate, Aminata traite son frère de « chien », ce titre fait également référence – comme expliqué au tout début du film – à un rite initiatique malien composé de six étapes, dont celle du chien constitue l’aboutissement. Wùlu est donc clairement le « récit d’un apprentissage, autant qu’un film de gangsters », comme l’écrivit Thomas Sotinel dans le Monde, mais aussi, comme l’écrivit Cécile Mury dans Télérama, une « chronique de la fatalité sociale ».

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Ibrahim Koma

Différent dans ses origines, le parcours mafieux de Ladji rejoint celui de Tony Montana, également flanqué d’une soeur, véritable femme fatale.

Daouda Coulibaly

Corruption à tous les étages, dans ce film de genre (le polar) qui se veut, aussi, portrait d’une société à bout de souffle.

WALLAY (2017)

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS