YALDA LA NUIT DU PARDON

À partir de 4.99 € | -50% avec le Pass Illimité (sous conditions)
Se dire que le programme télévisé ici décrypté pourrait devenir une réalité sur le petit écran iranien renforce le côté dramatique du film...
Drame - 2020 - Allemagne|France|Iran - 85 MIN - VO - HD - Tous publics
Maryam, 22 ans vient de passer 15 mois derrière les barreaux après avoir tué accidentellement son mari et employeur Nasser, 65 ans. La jeune femme, qui a perdu l'enfant qu'elle portait, risque la peine de mort par pendaison, à moins que son ancienne amie Mona, la fille unique de Nasser, ne lui accorde son pardon en direct dans une émission de téléréalité...
6.2 / 10
6.2 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Stéphane Boudsocq
Stéphane Boudsocq
CHRONIQUEUR

Le film qui va suivre est à la fois un conte moral sur le pardon et une étude des dérives de la télévision... Sujet double et ambitieux pour le réalisateur iranien Massoud Bakshi qui, après des années consacrées au documentaire, s’inspire ici librement mais directement d’une émission de téléréalité pour bâtir cette fiction...

Imaginez un plateau de télévision où seraient réunies Maryam, une jeune femme de 22 ans, condamnée à mort, accusée d’avoir tué accidentellement son mari âgé lui de 65 ans et Mona, la fille du défunt. Si cette dernière pardonne en direct à sa belle-mère, Maryam repartira libre. Si elle refuse, la sentence sera appliquée...

Critique de la tradition, de l’application stricte de la charia, du mariage forcé, de l’assujettissement des femmes mais aussi du grand cirque médiatique, « Yalda la nuit du pardon » est une étude terrifiante et émouvante de l’absurdité d’une époque où le populisme n’a, sur le fond, ni frontière ni religion...

Réalisé par

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Sadaf Asgari

Difficile, sur le papier, de pardonner à quelqu'un responsable de la mort d'un être cher... Il faut parfois des circonstances inattendues et un face à face pour avancer...

Massoud Bakshi

Quand la télévision se donne des airs de justice, cela donne des programmes à la fois révoltants et fascinants... En voici la double preuve dramatique...

DISAPPEARANCE