Bande Annonce de YONA YONA, LA LÉGENDE DE L'OISEAU SANS AILESDécouvrez la bande Annonce de YONA YONA, LA LÉGENDE DE L'OISEAU SANS AILES sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/1953/fond/1953_w_500.jpg
Rintaro

YONA YONA, LA LÉGENDE DE L'OISEAU SANS AILES

84 mn

Note de SensCritique :

4.9 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Rintaro.

Casting :

Synopsis : Depuis la mort de son père, Yona vit seule avec sa mère. Chaque soir, elle parcourt les rues habillée en pingouin, certaine qu’elle finira par voler comme son père le lui avait promis. Les enfants du quartier se moquent d’elle, jusqu’au jour où elle fait la connaissance d’une étrange créature, Chaley, qui va lui faire découvrir un village de Gobelins...

Scénario : Tomoko Konparu.
Musique : Toshiyuki Honda.
Pays : France | Japon
Tags : Jeunesse, Bêtes mais humains, Des animés, Au pays des contes, Spécial Contes et Légendes, Merveilleux animé, Des oiseaux, Spécial Poésie.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

C’est en imaginant une petite fille déguisée en pingouin, déambulant, seule, dans les rues d’une ville imaginaire, que Rintaro commença à travailler sur le scénario de son nouveau long métrage d’animation, une coproduction franco-japonaise en "full animation" 3D. C'est-à-dire en relief, mais aussi avec 24 dessins par seconde, contrairement au "limited animation", ne nécessitant que 8 images par seconde. Nuance ! Pour écrire l’histoire, il fit appel à la scénariste et romancière japonaise Tomoko Komparu. L’héroïne vivant seule avec sa mère, Rintaro voulait travailler avec une femme qui apporterait sa sensibilité et son expérience.

Contrairement à ses précédentes productions, très imprégnées de culture nipponne, Yona, La légende de l'oiseau sans ailes est le résultat d’un "amalgame" – c’est le mot utilisé par Rintaro – qui donne à ce film une apparence plus internationale que les autres. Il faut dire que le cinéaste est né en 1941, onze mois avant Pearl Harbor, passant donc une partie de son enfance – de 1945 à 1951 – dans un pays placé sous tutelle américaine. D’un côté, l’empereur Hirohito, de l’autre le général Mac-Arthur, commandant suprême des forces d'occupation alliées au Japon. D’un côté les Haïkus et le thé, de l’autre, le jazz et le Coca-cola : "Ma génération a été imprégnée naturellement par ce mélange de cultures, explique Rintaro, c’est normal que cela transparaisse dans mon œuvre. Quand j’ai créé la ville où vit Yona, j’ai imaginé une cité que vous ne verrez pas au Japon. Au contraire, la place où se dresse la fontaine des Sept Sages est inspirée par les temples que j’ai pus voir quand j’étais enfant."

Comme vous le constaterez, Rintaro joue, ici, avec l’ombre et la lumière, autre réminiscence de sa jeunesse, au cours de laquelle son père, passionné de cinéma américain, italien et français, le traînait dans les salles obscures tokyoïtes à la découverte du cinéma occidental en général, américain en particulier, dont le noir et blanc des années quarante et cinquante, parfois contrasté à l’extrême, restera, à jamais, gravé dans sa mémoire et son imaginaire. Il se souvient aussi que son père lui répétait toujours : "Les films sont faits d’ombre et de lumière." C’est donc la nuit, à la lumière d’une lune toujours pleine, dans un dédale de ruelles sombres et d’escaliers tortueux que la petite Yona sort de chez elle, son manteau de pingouin sur le dos. Et vous avez de la chance... sur FilmoTV nous parlons couramment le japonais, je peux donc vous dire que "Yona-Yona", dans la langue des samouraïs, ça veut dire, justement, "Sortir le soir dans la ville" !

C’est au début des années 1960 que le cinéma japonais d’animation commence à se faire connaître avec un premier gros succès qui allait vite dépasser les frontières de l’empire, Astro Boy, une série télévisée inspirée d’un manga paru en 1952 et dont l’action se déroulait très très loin dans le futur : en 2003 !

Dans l’équipe technique de cette première grosse production télévisée nipponne, un certain Shigeyuki Hayashi, un jeune homme de 22 ans qui n’a pas encore adopté le pseudonyme de Rintaro. Précédemment il avait déjà participé, en tant que coloriste, au premier long métrage d’animation japonais, réalisé en couleur, le Serpent blanc, produit par les mythiques studios de la Tôei et qui obtiendra le grand prix de la section "Enfant" du festival de Venise 1959.

C’est à cette époque, s’estimant peu doué pour le dessin, que le jeune Hayashi abandonne les crayons et les pinceaux pour passer à la mise en scène, intégrant un autre studio d’animation récemment créé par son collègue, ami et mentor Osamu Tezuka, auteur d’innombrables mangas, dont celui qu’il a décidé d’adapter pour la télévision : le célèbre Astro Boy, un robot positif, courageux et défenseur de la paix, toutes choses qui firent de lui une star dans le japon ruiné d’après guerre.

Après ce premier succès, Hayashi décide de troquer son patronyme pour un pseudonyme, fruit de différents jeux de mots et d’à-peu-près typiquement nippons et relativement délicats à traduire en français. Quoi qu’il en soit, c’est donc sous le pseudonyme de Rintaro qu’il entame la réalisation du Roi Léo, nouvelle série télévisée japonaise, la première en couleur.

Après la faillite provisoire du studio, il revient dans celui de ses débuts, pour y réaliser plusieurs séries, dont les 42 premiers épisodes de l’inoubliable Albator. Produit en 1978, le pirate de l’espace débarquera en France, le 7 janvier 1980, sur Antenne 2, dans l’émission animée par Dorothée, Récré A2. Le succès est planétaire, encourageant son auteur à poursuivre sa démarche de metteur en scène de dessins animés – et non de dessinateur – résolu à adapter son style aux œuvres qu’il souhaite porter à l’écran. C’est ainsi qu’après deux nouvelles séries pour la jeunesse, Galaxy Express 999 et Adieu Galaxy Express 999, Rintaro s’oriente vers le long métrage et le grand écran, avec Harmagedon (1983), une nouvelle aventure interstellaire, et l’Epée de Kamui (1985), un récit d’initiation avec jeune garçon, moine bouddhiste et sabre magique.

Au milieu des années 1990, après une période consacrée aux "OAV", c'est-à-dire aux productions exclusivement destinées à la vidéo, il revient au cinéma avec X, autre récit initiatique où un jeune garçon de 15 ans a le sort du monde au bout des doigts, et Metropolis qui, sans être le remake du classique de Fritz Lang, n’en est pas moins un hommage à l’œuvre, au thème et à l’esthétisme du cinéaste. Distribué dans une trentaine de pays, Metropolis est un succès qui permet à Rintaro, 68 ans, de poursuivre son aventure avec cette histoire de petite fille rêvant de voler, comme son père le lui a promis. Le film est coproduit par Madhouse, l’un des plus grands studios d’animation japonais, et le français Denis Friedman, ancien créateur de jeux vidéo devenu producteur de longs métrages d’animation. On lui doit, en 2002, Kaena : La prophétie, de Chris Delaporte et Pascal Pinon, premier long métrage européen entièrement réalisé en images de synthèse, et Peur(s) du noir, en 2007, où cinq auteurs majeurs de la BD d’aujourd’hui évoquent leur peur du noir et, donc, de la lumière.

Cette rencontre entre Denis Friedman et Rintaro, donnera donc naissance à Yona, La légende de l'oiseau sans ailes, la première coproduction franco-japonaise dans le domaine du long métrage d’animation.

Des Pingouins et des Dieux

Ce film constitue un parfait antidote à Max et les Maximonstres. Une enfant qui n'a pas de papa, déguisée en animal qui arrive dans un monde étrange où les autochtones attendent quelque chose d'elle ? Ça vous rappelle rien ?
 Sauf que là, Yona leur sert vraiment à quelque ...

Lire la suite
7
Mike Öpuvty
A voir également
Affiche du film LE POLE EXPRESS

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film LES 1001 CONTES DE BUGS BUNNY

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AZUR ET ASMAR

à partir de

9.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film LE PETIT POUCET

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés