NICOLAS BARY

Par Yves Alion

C’est un deuxième long métrage, celui de Nicolas Bary, 34 ans bientôt, c’est aussi une adaptation du roman de Daniel Pennac, Au bonheur des ogres, publié en 1985 et qui ouvrait la saga de la curieuse famille Malaussène.
Adapter Pennac ? Vaste programme, comme ne pourront qu’approuver ceux qui ont lu les livres. Nicolas Bary a relevé le gant et nous raconte comment il a pu mettre dans un même film, la Samaritaine et Emir Kusturica, une girafe et des explosions, Guillaume de Tonquedec et un pyjama hors norme, sans oublier bien sûr le couple Bérénice Bejo et Raphael Personaz au centre du récit, plus une meute d’enfant en prime.