BERTRAND TAVERNIER - II

Par Jean Ollé-Laprune

Pour son 22ème long métrage de fiction – n’oublions pas les documentaires, disponibles par ailleurs chez nous ! – Bertrand Tavernier signe une comédie, sa toute première si l’on veut bien mettre à part les moments de rire qui rythmait des films par ailleurs aussi graves que La Vie et rien d’autre ou Laissez-Passer : Quai d’Orsay adapte en effet la bande dessinée de Blain et Lanzac (Antonin Baudry et Christophe Blain) sur le quotidien d’un Ministre des Affaires étrangères (reconnaissable entre tous !), de son cabinet en général et du jeune Arthur en particulier, chargé, lui, plus précisément du « langage », comprendre de la rédaction des discours.