Le Festival TTSO COVIDEO : tous les soirs un film que nous aimons par-dessus tout. Votre écran n'en peut plus des réunions en Zoom ! Cette semaine, donnez-lui des chefs-d'oeuvre !
Bien sûr un film de lundi soir doit-être une comédie, et ce Blake Edwards de 1979 est un chef d'oeuvre du genre. Mais c'est aussi tellement plus : une des oeuvres les plus subtiles sur la crise de la quarantaine et sur la très grande difficulté des hommes à prendre des décisions intelligentes et ne pas se ridiculiser. Un film qui nous parle immensément. Et puis bien sûr Bo Derek qui court sur la plage, ses tresses, et tout ... qui se balance ... Oui c'est une comédie, non ne sous-estimez pas son pouvoir ...
Bien sûr un film de lundi soir doit être une comédie, et ce Blake Edwards de 1979 est un chef d'oeuvre du genre. Mais c'est aussi tellement plus : une des oeuvres les plus subtiles sur la crise de la quarantaine et sur la très grande difficulté des hommes à prendre des décisions intelligentes et ne pas se ridiculiser. Un film qui nous parle immensément. Et puis bien sûr Bo Derek qui court sur la plage, ses tresses, et tout ... qui se balance ... Oui c'est une comédie, non ne sous-estimez pas son pouvoir ...
Pour nous le chef d'oeuvre de Claude Sautet. C'est dire. Un policier (Sautet en vient) très bien fait doublé d'un drame intime bouleversant. Piccoli ambigu et loin d'être parfait (l'acteur décrivait son rôle comme celui d'un « salaud ») et Romy... Romy atteignant des sommets de beauté, de justesse et de fragilité jamais imaginés. Ni avant. Ni depuis. Pas un film, un culte que ce soir nous célébrerons avec vous. Dans le noir et en tremblant.

Pour nous le chef d'oeuvre de Claude Sautet. C'est dire. Un policier (Sautet en vient) très bien fait doublé d'un drame intime bouleversant. Piccoli ambigu et loin d'être parfait (l'acteur décrivait son rôle comme celui d'un « salaud ») et Romy... Romy atteignant des sommets de beauté, de justesse et de fragilité jamais imaginés. Ni avant. Ni depuis. Pas un film, un culte que ce soir nous célébrerons avec vous. Dans le noir et en tremblant.
La passion, vous vous y être frotté/e ? Vraiment ? Celle qui détruit tout : vous, l'autre, celle dont rien ne reste ? Et Bardot à 20 ans vous l'avez vue ? Vous avez compris à quel point la France Gaullienne ne pouvait que la désirer et la haïr, dans les deux cas sans retour ? Et Sami Frey au même âge, vous avez conscience de sa beauté et de son intensité ? Et Clouzot vous êtes déjà soumis au scalpel de sa caméra ? Ce soir toutes ces questions trouveront leur réponse. La Vérité.

La passion, vous vous y être frotté/e ? Vraiment ? Celle qui détruit tout : vous, l'autre, celle dont rien ne reste ? Et Bardot à 20 ans vous l'avez vue ? Vous avez compris à quel point la France Gaullienne ne pouvait que la désirer et la haïr, dans les deux cas sans retour ? Et Sami Frey au même âge, vous avez conscience de sa beauté et de son intensité ? Et Clouzot vous êtes déjà soumis au scalpel de sa caméra ? Ce soir toutes ces questions trouveront leur réponse. La Vérité.
Un jeune bourgeois spolié par un oncle sans scrupule devient voleur de haut vol pour se venger de la société. Pitch génial ... et que dire de la distribution : Belmondo (à 34 ans) jouant triste (ça vous ne l'avez jamais vu), Julien Guyomar (dans ce qui est sans doute notre personnage favori ever), Geneviève Bujold, Marie Dubois (rôle formidable), Bernadette Lafont (en soubrette inoubliable), Marlène Jobert (en blonde !), Françoise Fabian. Une qualité d'image à tomber ... et le film (tiré d'un roman anarchiste) où Louis Malle donne à voir la radicalité de sa révolte. GÉNIAL !

Un jeune bourgeois spolié par un oncle devient voleur de haut vol pour se venger de la société. Pitch génial... et que dire de la distribution : Belmondo jouant triste (ça, vous ne l'avez jamais vu !), Guyomar (meilleur personnage ever), Marie Dubois (rôle formidable), Bernadette Lafont (soubrette inoubliable), Marlène Jobert (en blonde !), Françoise Fabian. Une qualité d'image à tomber...et le film (tiré d'un roman anarchiste) où Louis Malle donne à voir sa révolte. GÉNIAL !
C'est vendredi et vous l'avez bien mérité ! Oui vous avez mérité ce film hommage continu de Brian de Palma à son maître Alfred Hitchcock. Les connaisseurs s'amuseront à compter les allusions, les autres jouiront de cette histoire de voyeur dont la fenêtre sur cour donnerait sur le Hollywood des 80s et son érotisme vénéneux. Enjoy !

C'est vendredi et vous l'avez bien mérité ! Oui vous avez mérité ce film hommage continu de Brian de Palma à son maître Alfred Hitchcock. Les connaisseurs s'amuseront à compter les allusions, les autres jouiront de cette histoire de voyeur dont la fenêtre sur cour donnerait sur le Hollywood des 80s et son érotisme vénéneux. Enjoy !