5150, RUE DES ORMES

Bientôt disponible
Fantastique / Horreur - 2009 - Canada - 110 MIN - Tous publics
Yannick, un jeune étudiant en cinéma, fait une chute à vélo rue des ormes, en face du numéro 5150. Il va donc pour demander de l’aide aux occupants de la maison, mais avant qu’il ne comprenne ce qui lui arrive, l’apprenti cinéaste se retrouve séquestré. Au bout de plusieurs semaines, son geôlier – également champion d’échecs – promet de le libérer si Yannick gagne une partie contre lui.

Réalisé par

6.5 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Cédric Jouarie
Cédric Jouarie
CHRONIQUEUR

S’il vous arrive un jour de passer devant la maison du 5150 RUE DES ORMES, je vous invite à ne pas sonner à la porte, même pour demander de l’aide à la famille résidant à l’intérieur. Entre Jacques Beaulieu, le père de famille obsédé par l’idée de rendre la justice ; Maud, sa femme, persuadée que son mari est en mission pour le Seigneur ; et leur grande fille, Michelle, qui montre des prédispositions inquiétantes pour marcher sur les traces de son père, faire leur connaissance peut s’avérer pour le moins dangereux !
Heureusement, s’il doit bien exister ici ou là un 5150 RUE DES ORMES, au Québec ou ailleurs, l’adresse et la famille qui y réside sont avant tout le produit de l’imagination du romancier québécois Patrick Senécal, ce qui tombe plutôt bien, toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé n’étant absolument pas souhaitable.
Pas étonnant, cela dit, que Patrick Senécal soit dans certaines cercles affublé du surnom de « Stephen King québécois », la comparaison étant à la fois flatteuse et tout à fait méritée.
Le film de Eric Tessier s’inscrit donc parfaitement dans le sous-genre des films de séquestration, en tête desquels MISERY de Rob Reiner, justement adapté de Stephen King, mais aussi LE SOUS-SOL DE LA PEUR de Wes Crawen, ou encore dans une certaine mesure CALVAIRE de Fabrice Du Welz. Il ne me reste donc plus qu’à vous souhaiter un agréable séjour chez les Beaulieu…

Contexte

Marc-André Grondin

Eric Tessier

C.R.A.Z.Y.

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité

Pas si éloigné