A.C.A.B : All Cops Are Bastards

Bientôt disponible
ACAB renoue dans une certaine mesure avec ce cinéma politique italien que nous avons tant aimé
Drame - 2012 - Italie - 90 MIN - interdit aux moins de 10 ans
Cobra, Nero et Mazinga sont trois policiers italiens confrontés à une société déliquescente où ils ne rencontrent que mépris et hostilité. Peu à peu, ils se réfugient dans une violence qu'ils jugent légitime, mais qui ne fait qu'exacerber la haine que leur voue une partie de la population. Les occasions de chocs frontaux se mutiplient...

Réalisé par

6.6 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Yves Alion
Yves Alion
CHRONIQUEUR

ACAB n’a rien à voir avec le héros de Moby Dick. Ce n’est pas un nom propre, c’est un acronyme. Qui signifie “All Cops are Bastards”, « Tous les flics sont des salauds », un slogan utilisé en Angleterre dans les années 1970 par les skinheads. Mais la haine des forces de police n’est pas l’apanage d’un seul pays. On se souvient que dans les bouillonnantes années 70, les flics américains se faisaient volontiers traiter de porcs. Et personne n’a oublié le fameux « CRS=SS » sortant de certains cortèges de mai 68. ACAB se déroule en Italie, mais sa portée est sinon universelle, du moins des plus étendues. Quel pays peut se targuer de n’avoir jamais connu ces combats de rues d’une violence inouïe qui opposent des populations déracinées et des flics qui ne font ni dans le sentiment ni dans le détail ?
ACAB est inspiré de faits réels, de l’assassinat d'un manifestant lors du G8 de Gênes, en 2001 au passage à tabac d'un supporter de foot par des flics enragés en 2007, les occasions ne manquent pas chez nos voisins Italiens de constater que la société va mal. Il est vrai que le règne ubuesque de Berlusconi a davantage versé de l’huile le feu qu’il n’a apporté de sérénité.  Mais s’il colle à l’actualité, le film n’en est pas moins l’adaptation d’un bouquin homonyme de Carlo Bonini, qui avait quelques temps plus tôt fait grand bruit en portant le fer dans la plaie. L’Italie a clairement mal à, sa police…
Mais si le film décrit la même réalité que le roman, son regard est sans doute différent. Bonini avait eu à cœur de se placer de part et d’autre du fossé qui sépare les flics de ceux dont ils ont pour mission de réprimer les ardeurs. Sollima, le réalisateur, choisit quant à lui de n’exprimer que le point de vue des policiers. Quitte à ne jamais se départir d’une certaine froideur clinique dans la description de la violence. Ce qui n’empêche en rien la fébrilité de ceux qui la pratiquent. Stigmate d’une société clairement en pleine déliquescence. Il est vrai que les CRS français n’ont jamais eu bonne presse non plus. On se souvient de Nuit noire d’Alain Tasma, ou du récent Après Mai, d’Olivier Assayas. Claude Faraldo avait même permis au héros de son film Themroc, interprété par Michel Piccoli, d’un faire rôtir un à la broche…   

Contexte

Il rend également compte des affrontements violents entre les policiers italiens et ceux qui ne se reconnaissent pas dans la société telle qu'elle est.

Stefano Sollima

Il nous fait partager de l'intérieur les affres d'hommes confrontés à la violence et à la peur

PIAZZA FONTANA

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité

Disponible sur





Paiement sécurisé
Mode de paiement
Partenaires

Visionner le meilleur du cinéma et un catalogue complet de films. Tous les grands films avec le site de location de films par abonnement à petit prix. FilmoTV: streaming légal. Ou découvrir le streaming de films de science-fiction, policier-suspense, dramatiques, des films d'aventures, d'action, politiques par abonnement: c'est simple et à petit prix sur FilmoTV. Vous souhaitez tout savoir sur le fonctionnement de la VOD et des détails de l'offre par abonnement en téléchargement illimité et des films en vidéo à la demande, comment s'abonner: consultez la section film en streaming. Notre faq vous attend sur le mode d'emploi.