Bande Annonce de ALFRED LE GRAND VAINQUEUR DES VIKINGSDécouvrez la bande Annonce de ALFRED LE GRAND VAINQUEUR DES VIKINGS sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/1931/fond/1931_w_500.jpg
Clive Donner
Colin BlakelyDavid HenningsIan Mc KellenMichael YorkPrunella RansomeAlan DobieJulian GloverPeter VaughanVivien MerchantChristopher TimothyJim NortonJohn ReesJulian ChagrinPeter BlytheSinéad Cusack

ALFRED LE GRAND VAINQUEUR DES VIKINGS

117 mn

Note de SensCritique :

/ 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Clive Donner.

Casting : Colin Blakely, David Hennings, Ian Mc Kellen, Michael York, Prunella Ransome, Alan Dobie, Julian Glover, Peter Vaughan, Vivien Merchant, Christopher Timothy, Jim Norton, John Rees, Julian Chagrin, Peter Blythe. Sinéad Cusack

Synopsis : L’Angleterre, au IXe siècle. Après la mort de son père et la chute de cheval de son frère, Alfred – futur roi des Anglo-Saxons, sous le nom d’Alfred le Grand – abandonne sa vocation religieuse pour défendre, armes à la main, son royaume de Wessex – l’un des nombreux royaumes composant, alors, l’Angleterre – face aux hordes de Vikings danois, bientôt dirigées par le cruel Guthrum...

Scénario : James R.webb, Kent Taylor.
Musique : Raymond Leppard.
Pays : Royaume-Uni
Tags : Politique / Histoire, En costume, en déplacement, Héros d'antan, Conquérants et grands seigneurs, Passé anglais, Des Vikings.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Le 14 juillet 1969, sort sur les écrans britanniques le neuvième long métrage de Clive Donner, Alfred le Grand, vainqueur des Vikings. Alors que, sept jours plus tard et à 300.000 kilomètres de là, un homme va faire « un grand pas pour l’humanité », le cinéaste britannique, surtout connu pour une comédie débridée au casting international, Quoi de neuf Pussycat ?, se lance dans l’évocation d’une très ancienne page de l’histoire de l’Angleterre. Nous sommes, en effet, au IXe siècle, une époque où le pays est morcelé en une multitude de petits royaumes, régulièrement attaqués et occupés par des hordes de Vikings danois. Lorsque ces envahisseurs scandinaves s’avisent d’échouer leurs fiers drakkars sur les côtes du royaume de Wessex, au sud-ouest de l'Angleterre, c’est le prince Alfred, futur roi de Wessex et, plus tard encore, roi des Anglo-Saxons, sous le nom d’Alfred le Grand, qui va les recevoir.

Il s’agit donc d’une superproduction historique, en rupture totale avec le fameux free-cinéma encore en vogue outre-Manche, financée par l’antenne londonienne de la Metro-Goldwyn-Mayer, et, bien que tournée en 35mm, exploitée quelque temps dans les salles britanniques en 70mm.

Dans le rôle du courageux Alfred, vous retrouverez les yeux bleus de David Hemmings, le jeune photographe de Blow up, le classique de Michelangelo Antonioni, sorti trois ans plus tôt, et, face à lui, la blondeur toute nordique du comédien, également britannique, Michael York, déjà vu en étudiant victime du fameux accident dans Accident de Joseph Losey et en arrogant Tybalt Capulet dans le Roméo et Juliette de Franco Zeffirelli.

 

Complètent la distribution : Colin Blakely, le fidèle compagnon d’Alfred, futur Docteur Watson dans la Vie privée de Sherlock Holmes de Billy Wilder, le débutant Ian McKellen, le hors-la-loi qui vient en aide à Alfred, futur Gandalf du Seigneur des anneaux, Peter Vaughan, le beau-père d’Alfred, futur habitué des films de Terry Gilliam, Julian Glover, le noble se ralliant à Alfred, futur très méchant opposé à James Bond dans Rien que pour vos yeux, et Vivien Merchant, la compagne du hors-la-loi, future ex-épouse d’Harold Pinter, dont Clive Donner avait porté à l’écran l’une des pièces, six ans plus tôt.

Né à Londres en 1926, dans une famille d’origine polonaise, le réalisateur Clive Donner, fut, très tôt, attiré par l’art, en général, et le cinématographe, en particulier. C’est ainsi qu’accompagnant son violoniste de père, qui participe à l’enregistrement de la musique de Colonel Blimp, le film de Michael Powell et Emeric Pressburger, il se lie d’amitié avec Powell et entame sa carrière, une paire de ciseaux à la main, dans les salles de montage des films de Carol Reed, de David Lean et même, après la guerre – à laquelle il participe dans les rangs de la Royal Navy –, d’Albert Lewin, puisqu’il travaillera, en 1950, sur le montage de Pandora. En 1957, il tourne son premier film, intitulé Faux policier, avec Belinda Lee et une bande d’adolescents, parmi lesquels un jeune débutant de 24 ans, David McCallum, futur Ilya Kuryakin des Agents très spéciaux. C’est le début d’une filmographie très éclectique, passant du polar au film pour enfants, du drame à la comédie, voire à la comédie musicale, sans parler de ses réguliers et prolifiques passages à la télévision où il réalise aussi bien des fictions que des documentaires.

C’est durant la première moitié des années 1960 que Clive Donner va réaliser trois films qui attireront définitivement l’attention sur lui et sur son travail. Il y aura d’abord le Gardien, l’adaptation de la pièce d’Harold Pinter créée à New York par Alan Bates, Donald Pleasence et Robert Shaw qui, tous les trois, reprennent leurs places dans ce huis clos étouffant où deux frères et un clochard s’affrontent entre les quatre murs d’une maison délabrée. Le film, coproduit par Elizabeth Taylor, Richard Burton et Noel Coward, recevra le prix spécial du Festival de Berlin 1963. Changeant de style, comme il aime à le faire souvent, on retrouve le cinéaste, l’année suivante, à la tête d’une comédie noire, pas très éloignée du célèbre Noblesse oblige, Tout ou rien, dans lequel, Alan Bates – encore lui – joue le rôle d’un british Rastignac prêt à tout pour réussir.

Abandonnant l’humour noir pour la pure comédie loufoque, il tourne, fin 1964, le film qui assurera sa renommée internationale, Quoi de neuf Pussycat ? Le scénario original est l’œuvre d’un débutant inconnu, un certain Woody Allen, qui y fera sa première apparition à l’écran, face à une distribution prestigieuse, comprenant Peter Sellers, Peter O’Toole, Romy Schneider, Ursula Andress, Richard Burton – dans une amicale et furtive apparition – et aussi, le film ayant été tourné en France, Jean Parédès, Jacques Balutin, Daniel Emilfork et même Michel Subor, deux ans après le Petit soldat de Jean-Luc Godard. Le film est un succès, sans oublier la chanson qui l’accompagne, interprétée par le fringant Tom Jones, qui restera longtemps en tête des charts britanniques et américains. C’est après deux productions, un peu oubliées, Luv, une comédie menée par Jack Lemmon et Peter Falk, et Trois petits tours et puis s’en vont, une comédie musicale avec le Spencer Davis Group, relatif à la sexualité des adolescentes en cette fin des années 1960, que Clive Donner remonte dix siècles en arrière pour raconter l’histoire du seul roi anglais surnommé « le Grand ». Il va particulièrement soigner la reconstitution des batailles, des décors et des costumes, dont il confie la confection à Jocelyn Rickards, devenue Madame Clive Donner l’année précédente. Ne retrouvant pas intacts les décors où s’étaient déroulés les héroïques combats entre Saxons et Vikings, c’est en Irlande, dans le comté de Galway que furent tournés tous les extérieurs, l’armée irlandaise prêtant main forte à la figuration.

Alfred le Grand, vainqueur des Vikings est le dernier grand film réalisé par Clive Donner qui, entre différents projets pour la télévision et le théâtre, ne tournera plus, pour le cinéma, que des petites productions telles que les Temps sont durs pour Dracula, avec David Niven dans le rôle du vampire, le Plus secret des agents secrets, avec Don Adams, Sylvia Kristel et Vittorio Gassman – tout juste descendu de la Terrasse d’Ettore Scola – dans le rôle du fieffé méchant, sans oublier une aventure de Charlie Chan, avec Peter Ustinov et une ultime production britannico-yougoslave retraçant les coupables et malheureuses amours d’Héloïse et Abélard. Cette fin de carrière sans panache explique, sans doute, le relatif silence entourant le nom de Clive Donner, parfois confondu avec l’américain Richard Donner et régulièrement absent des ouvrages érudits comme des cinémathèques officielles. Dommage !

A voir également
Affiche du film AUSTIN POWERS

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LE HOBBIT : UN VOYAGE INATTENDU

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LE GUERRIER SILENCIEUX, VALHALLA RISING

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film OUTLANDER

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
En image
FilmoTV vous recommande
Affiche du film BASTILLE DAY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film APPRENTICE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film IRREPROCHABLE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film SUICIDE SQUAD

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film GENIUS

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés