Bande Annonce de BROWN BUNNYDécouvrez la bande Annonce de BROWN BUNNY sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/220/fond/220_w_500.jpg
Vincent Gallo
Vincent GalloChloë SevignyCheryl Tiegs

BROWN BUNNY

89 mn

Note de SensCritique :

6.6 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Vincent Gallo.

Casting : Vincent Gallo, Chloë Sevigny. Cheryl Tiegs

Synopsis : Bud Clay, un coureur motocycliste, doit participer à une course en Californie. Il entreprend un voyage de cinq jours au cours duquel il fait plusieurs rencontres féminines. Mais il est hanté par le souvenir de l'amour de sa vie, Daisy, qu'il espère retrouver à Los Angeles.

Scénario : Vincent Gallo.
Pays : Etats-Unis d'Amérique | France | Japon
Tags : Aventure / Action, Road movies, Sans vêtements, Des couples américains, Moins de 90 minutes, Indie US, Simulées ?.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film
Présenté au Festival de Cannes en sélection officielle en 2003, dans une version non définitive, The Brown Bunny a déclenché un scandale aussi violent qu'injuste. Certains reprochaient au film sa vacuité prétentieuse, le narcissisme et la mégalomanie de son auteur complet Vincent Gallo, crédité au générique du film à tous les postes, de la production à la photographie en passant par le montage, les décors et la conception de l'affiche. D'autres étaient choqués par une scène annoncée par la rumeur et attendue jusqu'à la fin du film, une fellation non simulée pratiquée par Chloe Sevigny sur la personne de (vous l'aurez deviné) Vincent Gallo en très grande forme. La débâcle cannoise incita Gallo à procéder à un nouveau montage de son film et c'est uniquement celui-ci qui est visible désormais.

Heureusement, il y eut des spectateurs pour passer outre l'aveuglement des cuistres et les provocations verbales du cinéaste, qui n'est pas la personne la plus diplomate et bien élevée du monde. Disons-le tout net, The Brown Bunny est un pur chef-d'œuvre, l'héritier le plus brillant du cinéma moderne américain et européen des années 70, mais aussi un objet très contemporain qui tranche avec le tout venant du cinéma d'auteur d'aujourd'hui, arty ou pas. Malgré les apparences, The Brown Bunny n'est pas un film expérimental ou une installation visuelle destinée à orner les murs d'un musée plutôt qu'un écran de cinéma ou de télévision. Silencieux, austère, The Brown Bunny trace la même route que quelques grands road-movies existentiels américains avant lui : Macadam à deux voies, Electra Glide in Blue, Point limite zéro.

Dans sa quête solitaire et absurde, le personnage interprété par Vincent Gallo est-il un héritier de Sam Peckinpah, d'Antonioni, ou d'un peu des deux ? Magnifique voyage à travers les paysages désertiques américains, The Brown Bunny est avant tout un grand film d'amour fou, et il faut attendre les dernières scènes pour le découvrir. Aucune pose, aucun cynisme dans un film aussi esthétiquement composé que sincère, émouvant et profondément honnête.

Quant à la scène qui fit tant parler d'elle, elle est effectivement géniale et inoubliable, tant par sa mise en scène que par la charge émotionnelle qui l'entoure. The Brown Bunny a peut-être irrité, agacé, choqué, mais il restera le film le plus original, à la fois physique et abstrait, incarné et hanté du cinéma américain des années 2000.
Vincent Gallo est un cas à part : cet homme aux multiples talents comme il aime se définir lui-même est né en 1961 à Buffalo, dans l'état de New York, de parents originaires de Sicile. Il est d'abord musicien dans de nombreux groupes de rock et fréquente la scène artistique new yorkaise, notamment le peintre Jean-Michel Basquiat. Il est également mannequin pour de nombreuses campagnes de publicité.

Acteur dans une trentaine de films et téléfilms, on le remarque dans Les Affranchis de Martin Scorsese, Arizona Dream d'Emir Kusturica, les films de Claire Denis (US Go Home, Nenette et Boni, Trouble Every Day), Nos funérailles d'Abel Ferrara, pour ne citer que les plus prestigieux. Bientôt il préfère se contenter de rôles dans des films alimentaires pour se consacrer à la mise en scène. Son premier film, Buffalo '66 avec Christina Ricci, Anjelica Huston, Ben Gazzara et lui-même est une grande réussite du cinéma américain indépendant. Il choisit de radicaliser sa démarche avec The Brown Bunny, beaucoup plus impressionnant mais très mal reçu par la critique et le public.

Après cet échec, Vincent Gallo se tranforme en artiste maudit, adulé par les uns, détesté par les autres. Ses déclarations haineuses et ses provocations dans la presse n'arrangent pas les choses. Il raréfie ses apparitions, ne joue plus que dans des navets qui ne sortent nulle part, et a décidé de vendre (une fortune) son sperme sur internet. On attend avec impatience que Gallo se remette au travail, comme acteur et surtout réalisateur.

Chloe Sevigny, qui inteprète Daisy dans The Brown Bunny, est une égérie du cinéma indépendant américain et de la mode. C'est aussi une actrice dont les choix et la carrière révèlent un goût, une audace et une exigence rares dans ce métier. Découverte à l'âge de 20 ans dans Kids de Larry Clark, elle enchaîne avec Gummo et Julien Donkey-Boy de son ex boyfriend Harmony Korine, Les Derniers Jours du disco de Whit Stillman, American Psycho de Mary Harron, Boys Don't Cry de Kimberly Pierce qui lui vaut une nomination à l'oscar du meilleur second rôle, Demonlover d'Olivier Assayas, Dogville et Manderlay de Lars Von Trier, Melinda et Melinda de Woody Allen, Broken Flowers de Jim Jarmusch, Zodiac de David Fincher. Elle triomphe actuellement dans «Big Love», la série à succès sur la polygamie.

Daisy désirable

Chaque année, on ne retient du festival de Cannes que deux choses : la Palme d'or, et le scandale. En 2003, la Palme d'or, ce fut Elephant. Le scandale, ce fut The Brown Bunny. Plus précisément, deux minutes d'un film d'une heure et demi, deux minutes complètement coupées ...

Lire la suite
9
SanFelice

Qu'est-ce que tu comprends à l'amour ?

Dix ans avant Cosmopolis et Holy Motors, Vincent Gallo visionnaire proposait déjà de voir la vie à travers les vitres d’un véhicule motorisé. The Brown Bunny est un film prodigieux sur le besoin, la répulsion, la tristesse — tous ces sentiments qui constituent la partie ...

Lire la suite
10
Obstiné

"Love will tear us apart"

Le cinéma de Gallo est à son image, terriblement clivant : là où les uns crient au génie, les autres crient à la branlette intello-boboisante-nombriliste. Et pour aggraver son cas, le garçon y va de sa provocation*, ou du moins ce qui peut être perçu comme tel par certains, ...

Lire la suite
9
takeshi29
A voir également
Affiche du film NOS FUNERAILLES
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film LÉON

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film UN MONDE PARFAIT

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film BEFORE SUNSET

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés