CES MESSIEURS DE LA SANTé

À partir de 2.99 €
Pour Raimu en cavale et en capitaine d'industrie sous les yeux de Pauline Carton
Comédie - 1934 - France - 115 MIN - VF - Tous publics

Un financier est emprisonné pour escroquerie. Il réussi à s’évader et décide de recommencer sa vie sous une fausse identité. Il change de nom et postule dans un magasin de corsets pour devenir homme à tout faire. Il réussit à rapporter de nombreux bénéfices à sa patronne et grâce à cela il se retrouve rapidement à la tête d’un empire économique.

Réalisé par

6.7 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Christophe Bier
Christophe Bier
CHRONIQUEUR

Réalisé en 1934 par Pierre Colombier, Ces messieurs de la santé est sans aucun doute l’une des meilleures et des plus corrosives comédies du cinéma français des années trente. Une foule de détails nous plonge dans cette décennie : le commerce du corset à buste, les sorties à l’opéra, des distinctions de classe bien délimitées. Et pourtant, le film n’a pas pris une ride.

Sorti en mars 1934, il baigne dans un contexte social secoué par les scandales politico-financiers. Le plus retentissant est encore dans les mémoires. La mort mystérieuse de l’escroc Stavisky, poursuivi pour fraude et détournement de 200 millions de francs, survient en janvier de la même année. En adaptant leur pièce, écrite en 1931, Paul Armont et Léopold Marchand cisèlent une comédie puissante, aux dialogues vifs. Le fait divers financier laisse place à une comédie de caractère, toujours criante de vérité, sur l’avarice, la corruption et la crédulité.

Le mécanisme en est implacable, révélant le poison de l’affairisme et la bêtise complice des honnêtes gens, manipulés par Raimu, prodigieux dans l’excès et dans la nuance. Il compose le banquier Jules Tafard, escroc notoire qui s’évade de la prison de la Santé. Rasé de frais, méconnaissable, il se fait engager comme veilleur de nuit au sein d’une boutique familiale de corsets, dirigée par une veuve avare et aussi rigide que ses articles de confection. Redoutable d’intelligence, l’ex-banquier joue au pauvre type pour mieux ensuite diriger l’entreprise et la faire prospérer en cultivant la confiance qu’il inspire autour de lui. Si la routine, comme il l’affirme, est le microbe qui ronge, Tafard est le vers dans le fruit, au contact duquel tout se pervertit. La fable prend des accents dramatiques, soulignant la petitesse d’une humanité avide d’argent et de luxe.

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Parce que il y a aussi un malfrat dans ce film et qu'il est aussi récidiviste.

Pierre Colombier

Parce que c'est une autre comédie dramatique des années 30

LA FEMME DU BOULANGER (1938)

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité